Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Une maison à tous prix - les brookers

Actualités au 01 avril 2010 :

- actuellement, on trouve des maisons à partir de 10 000 etb (maisons louées par des étrangers, à loyer plafonné, légère augm. par an – 3 chbres max. non rénovées) mais difficiles à trouver. Compter plutôt entre 12 000 et 15 000 etb pour de petites maisons de 3 chambres (contemporaines ou anciennes), entre 20 et 25 000 etb pour des maisons de + 4 chbres. Tout est négociable, et il vaut mieux s'entêter car les propriétaires éthiopiens sont tenaces et préfèrent parfois attendre et trouver une ONG ou une Ambassade qui n'hésitent pas à payer ! Possibilité de trouver des maisons toutes équipées, mais à des prix parfois honteux !

- difficile encore de vivre en appartement, car l'offre est très réduite et les prix exorbitants. Une résidence est en construction actuellement, mais plutôt décentralisée, et pas encore achevée. Dans tous les cas, en périphérie, de grands projets sociaux sont en cours.

- Pas d'agence immobilière, plutôt quelques agences de brooker et 'polyservices' proposant vente et location de voiture en sus. Souvent, les brookers sont indépendants et non véhiculés. Surtout, n'hésitez pas en consulter plusieurs, et faîtes-vous expliquer clairement les conditions de location et le paiement des services proposés.

 

Une maison

…. A tous prix !

 

Ah, la recherche d'une maison, en pays étranger ; comme le savent la plupart des habitués du voyage, ce n'est qu'une galère parmi d'autres, une difficulté de plus, mais une aventure unique à chaque pays !

En Ethiopie, la règle d'usage, celle que vous apprenez après avoir trouvé votre « première » maison (à moins d'avoir rencontré des personnes avisées !), c'est de ne pas louer de maison neuve (dommage, c'est déjà fait !), et encore moins de maison à étages G+. La raison : les défauts de plomberie principalement, avec :

-          des chauffe-eaux et des WC qui fuient,

-          des descentes et remontées d'eau dans les murs (qui jaunissent et qui cloquent) et / ou à fleur de sol (attention, on ne trouve pas toujours de serpillères ici !),

-          des tuyaux qui cassent,

-          des éviers sans siphons,

-          des évacuations courtes et inachevées, avec des odeurs pestilentielles, etc…

Bref, la plomberie en Ethiopie, ça se vit, ça se crie, ça se commente ! Si vous n'êtes pas un spécialiste de la pince et des robinets, tournez-vous plutôt vers les villas (désignation locale pour la maison de plein pied), de plus de deux ans, et qui généralement ont une certaine qualité de finition difficile à trouver de nos jours avec bien souvent : du parquet (au lieu du linoléum), une cheminée (indispensable paraît-il pendant la saison des pluies) et des fenêtres bien montées (vous aurez moins de risques d'être inondé quand il pleuvra) ! Bon, d'accord, les salles de bain sont un peu trop souvent vieillottes, et puis vous n'aurez pas de balnéothérapie (très répandu dans les maisons neuves dites modernes), mais il faut savoir ce qu'on veut ! Enfin, elles sont aussi généralement assez petites (3 à 4 chambres).

Deuxième règle, les villas ont souvent des jardins plutôt agréables, déjà fleuris, contrairement aux maisons modernes où les propriétaires privilégient des parkings bétonnés aux carrés d'herbes !

Troisième règle, renseignez-vous sur les alentours et notamment, recherchez églises et mosquées ! On ne peut pratiquement pas y échapper, mais évitez de trop vous en approcher ! A moins que ce ne soit La maison qu'il vous faut (comme moi !) !! Pas d'illusion cependant : il y a toujours des badauds qui se promèneront avec le mégaphone ou le micro et l'ampli sous le bras, pour réveiller les fidèles à … disons 5h30 ou 6h du matin (c'est du vécu) !

Quatrième règle, il faut savoir que Addis Abeba est en perpétuelle construction : où que l'on soit, il faut s'inquiéter des travaux routiers, des fermetures de routes, des constructions de ponts ou de buildings, etc. …  Des passages incessants de camions bennes, en rotation 24h sur 24, des rues poussiéreuses qui changent tous les jours, des embouteillages causés par des fermetures de routes inopinées, des ouvriers cassant les trottoirs, des trous béants et des maisons à demi-cassées, bref, il y en a encore pour quelques années ! Mieux vaut ne pas se trouver sur les principaux axes très facilement encombrés, ni dans les zones de travaux, et bien penser aux allers et retours vers les écoles et au nombre de kilomètres avalés quotidiennement !

Cinquième règle, celle des « brookers » : à moins d'avoir tout son temps pour trouver une maison, où de reprendre celle d'un collègue sur le départ, il sera nécessaire de rencontrer un, voire plusieurs agents que l'on appelle ici des « brookers ». Hormis leur(s) téléphone(s), rien ne les distingue des autres passants. Il n'existe pas réellement d'agence immobilière (en fait, il y en a très peu). Ils se partagent les quartiers, travaillent souvent entre eux, et profitent de votre véhicule le plus souvent. Grands, gros, maigres, puants ou non, parfois à plusieurs, n'ayez pas peur, ouvrez les fenêtres et respirez la bonne pollution de la ville ! Heureusement, tous ne sont pas comme cela, sachez bien les choisir, et ne distribuez pas trop votre numéro personnel, au risque de vous voir dérangé (ou harcelé) par les amis de vos agents, le dimanche ou le soir ! Enfin, il ne faut pas hésiter à régulièrement leur rappeler vos critères de sélection, car ils vous montreront de tout, de tout et surtout de tout, hors budget assez souvent, au cas où … Le jour où vous trouvez (enfin !) votre maison, ils vous mettent en relation avec les propriétaires, et négocient le prix pour vous. Attention au bail, lisez le bien, protégez-vous, et n'hésitez pas à le négocier pour la durée de votre séjour, car sinon, au bout d'un an vous aurez la désagréable surprise de voir le loyer augmenter de manière conséquente : l'inflation à Addis est galopante, rongée par les organismes humanitaires ou internationaux qui n'hésitent pas à engager les sommes exorbitantes demandées ! En conclusion, ils recevront l'équivalent d'un loyer en gage de paiement (la moitié provenant du propriétaire, l'autre de vous).

NB : le sujet de cet article n'étant pas de s'étendre sur les montants des loyers, car ici on trouve de tout, vous serez chanceux, ou vous ne le serez pas ! Sachez seulement que cela varie entre 400 $ et 3 000 $ tout au plus ! Comme partout, cela dépend de vos critères de location (taille de la maison, état, situation géographique, etc. …).

Ah, la joie de trouver une maison, et celle de ne pas déménager six mois plus tard … Je suis maintenant incollable sur le sujet, et j'ai personnellement eu l'occasion d'épuiser quatre bons brookers qui se sont donnés la peine de me guider et de me faire visiter un peu plus d'une cinquantaine de maisons, parfois même surpris car je leur en apprenais plus qu'ils n'en savaient sur les propriétés présentées ! Vous trouverez ci-dessous leurs coordonnées. Allez-y, n'hésitez pas, ils vous aideront dans vos démarches d'installation, d'autant qu'ils proposent souvent des locations ou ventes de voitures, et d'autres services aux particuliers et entreprises.

Alors, à vos marques, prêts ? …. Partez !!!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

AWOKE AEMERO : 0911. 22. 34. 39

ZEWDENH ABERA : 0911. 39. 86. 86 (agence de famille HOMENET) // www.homenetethiopia.com

DEREJE SYOUME : 0911. 23. 36. 71

MIKIAS ASSEBE : 0911. 75. 99. 11 // mikiasassebe@yahoo.com

 

 

Nathalie GUIRONNET

Mars 2009



09/05/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 959 autres membres