Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Timkat (Pâques)_19-01-10

La fête de Timkat, célébrée le 19 janvier cette année, est une fête religieuse commémorant le baptême du Christ. C'est une des fêtes le plus colorées de la religion orthodoxe. Ce jour-là, tous les "tabots" (répliques des Tables de la Loi renfermées dans l'Arche d'Alliance) quittent les églises, portés en procession par des prêtes arborant tiares, ombrelles colorées et croix ouvragées (cf. Petit futé).

Le mot "Timkat" signifie en fait "Epiphanie". La veille de Timkat (le 18 janvier 2010), les tabots placés dans les églises (environ un quinzaine) vont être acheminés à main d'hommes (uniquement des prêtres) vers le terrain de Janmeda, où une célébration spéciale les attend. Les prêtres sont particulièrement bien apprêtés, et les seuls habilités à porter les tabots. Pour l'occasion, ils ne mangeront pas pendant 24h.

Le long du trajet, des étudiants, habillés en tenues traditionnelles, chantent et dansent au son des tambours. On a décoré les maisons et les rues de longues herbes jetées au sol, de fanions et de ballons aux couleurs éthiopiennes. La célébration commence en début d'après-midi, alors que les fidèles se sont amassés aux abords des églises, tous vêtus de blanc. Les femmes arborent de belles robes traditionnelles et portent le voile de prière. L'arrivée à janmeda est tardive, les routes sont bloquées, certains quartiers fermés, embouteillages obligés. La cohue vers Janmeda est impressionnante : d'abord très éparpillée, la foule se resserre petit à petit avant de devenir opressante. Au coude à coude, sur plusieurs centaines de mètres et presque une heure et demi, la foule, particulièrement respectueuse entre elle, et animée par des petits groupes de chanteurs, atteint enfin le lieu de culte, Janmeda, aménagé pour l'occasion.  On distingue peu d'étrangers dans la foule. Les éthiopiens, intéressés et compréhensifs, tentent de lier des liens. Les tabots sont placés au centre du terrain, les prêtres à leurs côtés, et les fidèles autour. Il pleut depuis plus d'une heure avant que nous n'atteignons enfin les tentes où vont être placés les tabots. Des femmes, accroupies dans la boue, prient sous des parapluies, au son des "lelelelelele" des autres femmes suivant la célébration. Le long des clôtures, de nombreuses autres tentes ont été dressées pour accueillir les fidèles qui souhaiteraient y passer la nuit jusqu'au lendemain. Vers 18h, les fidèles se dispersent enfin ; il faut bien moins de temps pour rentrer à la voiture mais les rues sont glissantes, pleines de boue, et il faut faire très attention. Timkat était donc pluvieux cette année, à la grande joie des éthiopiens (car l'eau rappelle le baptême).

Ce soir, les jeunes célibataires éthiopiens devront trouver leurs fiancé(e)s et pour cela ils vont faire la fête, manger du mouton et du poulet, du ketfo et du gored-gored.

Le 19 janvier, les tabots ressortent de la tente puis rentrent dans leurs églises, toujours suivis par de grandes processions, et après le baptême très attendu de tous les fidèles à coups de jets d'eau. Pas de pluie aujourd'hui mais au contraire un temps mitigé. Dans certaines églises, la célébration se termine vers 14h.

Le 20 janvier, le dernier Tabot, celui de Saint Mickaël, rentrera enfin et mettra fin à Timkat. Ce matin, donc on voit encore dans la rue des groupes de fidèles, habillés de blanc, se presser vers l'église.

 

Nathalie GUIRONNET

19/01/10



19/01/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 976 autres membres