Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

L'adoption : la fin d'une aventure ...

D'ici, ou d'ailleurs ?


Article créé le 18/06/2010
En cours de construction
Mis à jour le 20/06/11

 

 

L'adoption, cela fait deux ans qu'on en entend parler autour de nous et des mois que nous y pensons, depuis notre arrivée en Éthiopie. Aux allers-retours fréquents à l'aéroport pour accompagner famille et collègues se mêlent des images de couples emportant des enfants. Mon mari ramène des bribes de conversation, des échanges rapides avec quelques unes de ces familles qui souhaitent partager leur bonheur. Nous avons décidé de nous lancer, hésitant entre grossesse et adoption, mais motivés par la possibilité de sauver un enfant de la misère et de lui offrir une vie, tout simplement, une famille enfin pour palier aux défaillances de la sienne. Nos enfants sont pour le moment d'accord sur l'idée d'introduire un 'étranger' chez nous, mais les rapports changeront forcément avec le temps et l'arrivée de ce dernier. Je veux aller jusqu'au bout de notre mixité, moi qui suis moins française que les françaises, métisse d'Asie et d'Europe, mélangée de sangs et d'esprits. Expatriée de naissance, j'ai décidé que mes enfants aussi connaîtraient cette chance de vivre à l'étranger, et de partager mentalités et modes de vies. S'ils sont encore effrayés par les différences, si leur approche de la vie reste encore stéréotypée au confort que nous leur procurons, j'espère qu'à terme ils réaliseront la chance qu'ils ont eu d'approcher autant de cultures différentes. 

Après quelques recherches sur Internet, je décide donc d'effectuer la demande de l'agrément. Il est possible de l'obtenir en quelques mois, c'est parfois plus rapide pour les expatriés vivant à l'étranger. Il faut cependant se méfier des 'on dit' et des forums fourre-tout où l'on trouve autant de mauvaises que de bonnes expériences. Dans ce domaine, tout est tellement relatif à la famille, à son environnement, que l'on ne peut que difficilement estimer une durée de procédure. Notre situation actuelle de fin de projet (mais pas de contrat), plutôt délicate car nous n'avons aucune vision à quelques mois de notre prochain lieu de vie, devrait permettre de passer ces prochaines semaines sans appréhension, et de nous installer avant de procéder à la demande en elle-même. Car si j'ai bien compris, une fois ce précieux sésame obtenu, nous aurons 5 ans pour lancer l'adoption et accueillir un enfant chez nous.

On pourra lire, à travers ce récit, nos doutes et nos espoirs, et la description du long cheminement qui commence et qui nous attend pour accueillir un enfant. Un parcours plus long qu'une grossesse, certes, mais qui permettra de construire ce projet, dément pour certains, grandiose pour d'autres, de réaliser pleinement ce qu'est une adoption, et d'imaginer, de manière plus élaborée, notre avenir. 

Première démarche :
Contacter le Conseil Général de sa région en France, qui nous renvoie ensuite vers la Maison de la Solidarité la plus proche de chez nous (et si vous n'avez aucun point de chute en France, vous choisissez vous-même la région). Nous possédons une maison dans le 64, à Arancou, certes inhabitable pour le moment, mais qui devrait, à moyen terme, devenir le repère de la famille, son point d'attache en France. Sur Internet, la Maison de la Solidarité la plus proche se trouve à Ustaritz. Hormis le numéro de téléphone, il n'y a aucun contact Internet. Nous avons donc demandé à ma mère de les appeler et de leur demander un email pour faciliter la demande de dossier et d'informations. Nous attendons actuellement une réponse.

18/06/10 : Dans Envoyé spécial, hier soir, il y avait un reportage (tourné en 2008) sur les adoptions, celles qui durent, celles pour qui les futurs parents vivent un calvaire avant de parvenir, enfin, à accueillir un enfant. Et là, on a eu peur, de ne pas y arriver, de vivre l'enfer nous aussi. Forcément, voir ce reportage alors qu'on vient à peine de demander l'agrément, ce n'est pas fait pour rassurer. Voir tous ces dossiers suspendus en attente dans les bureaux de l'AFA, ça peut faire peur. On attend toujours qu'on veuille bien nous répondre.

24/06/10 : 1ière relance à la Maison de la Solidarité, ça y est, on rentre dans le processus normal !

Réponse reçue le jour même du Pôle Adoption - Direction de la Solidarité Départementale - Service Enfance Famille à Pau (64, av. Jean Biray) - Conseil Général des Pyrénées Atlantiques.

 

  • Alors, première chose : on nous envoie par la poste le guide destiné aux candidats en vue d'adoption.
  • Deuxième chose : la procédure d'agrément effectuée en France est totalement gratuite, et il en de même pour celle effectuée par le Consulat.
  • Troisième chose : le Pôle adoption se charge de contacter le Consulat le plus proche de chez nous (nous devons donc attendre qu'on nous appelle) pour évaluation sociale. Si la Commission chargée de statuer sur l'agrément le demande, nous devrons aussi consulter un psychologue libéral (à nos frais cette fois) pour évaluation psychologique.

Je viens de demander s'il est nécessaire que le psychologue vive dans le pays de résidence et j'attends la réponse, car :

- je pense qu'il n'y a pas beaucoup de psychologues crédibles ici ;

- s'il y en a un, il est probablement anglophone, et si Fabien et moi parlons anglais dans la vie de tous les jours, c'est plus compliqué dans un registre aussi particulier et spécifique !

 

Réponse reçue le 08 juillet nous informant :

- qu'il faut remplir un dossier et y joindre certaines pièces (lesquelles ?) ;

- le renvoyer au service concerné qui ensuite se charge de consulter le Consulat de France en Ethiopie (dans notre cas) ;

- c'est seulement après que la Commission nous dira s'il est nécessaire de rencontrer un psychologue, et il se peut alors que ce soit le Consulat qui nous oriente vers la personne à consulter.

 

Le 14 juillet 2010 nous avons reçu le dossier envoyé par le Conseil Général contenant des informations diverses et le questionnaire de demande d'agrément.  Je n'aurais jamais pensé qu'il était aussi compliqué d'adopter un petit français, un "pupille de l'état" comme on dit ! Heureusement que nous ne nous sommes pas encore focalisé sur le pays où nous désirons adopter, cela évite d'avoir des déconvenues ! Pour ce qui est de l'adoption internationale, nous avons le choix de nous adresser :

- à des oeuvres agréées par le département,

- à l'Agence Française de l'Adoption.

Je retiens ces quelques mots qui sont tellement significatifs :

"Si, pour beaucoup d'entre vous, l'adoption est une chance, voire l'ultime, d'être parents, il n'en demeure pas moins qu'avant tout "adopter c'est offrir une famille à un enfant qui en est dépourvu". 

Prochaine démarche : renvoyer le formulaire et les pièces réglementaires (copie intégrale d'acte de naissance, copie du livret de famille, bulletin n°3 du casier judiciaire, certifical médical de - 3 mois, photo d'identité  et attestation de ressources).

 

Le 01 août 2010 : le Conseil Général nous informe que "compte tenu de votre lieu de résidence vous pouvez rencontrer  un médecin qui ne soit pas nécessairement le médecin conseil de l’ambassade". En voilà une bonne nouvelle, cela évite d'attendre le mois de décembre pour aller voir un médecin agréé ! 

Courant septembre, nous avons rencontré le médecin conseil de l'ambassade de France qui nous a remis notre attestation. Pensez cependant à aller voir un médecin qui a votre dossier médical, comme nous, cela facilite la démarche ! Les enfants sont rentrés de vacances avec les papiers commandés sur internet, il ne faut plus que des photos d'identité et le dossier de demande d'agrément part ... ce soir, vendredi 10 septembre 2010.

 

fin octobre, je relance le Conseil Régional qui m'informe avoir encoyé le dossier avec accusé de réception au Consulat de France le 16/10/10. Un courrier nous a été envoyé mais pas reçu.

Novembre : le courrier est enfin retrouvé sous une pile de courrier du DAF de la société de mon mari ! J'appelle le Consulat de France qui confirme avoir reçu le dossier et insiste sur la nouveauté, pour eux, de cette demande (en général il traite majoritairement des demandes depuis la France) et entreprend donc d'organiser le service.

 

A ce jour, au 28/11/10, toujours pas de proposition de rdv. Je les relancerai le 29/11/10. Personne ne répond, évidemment ... Il semble que les personnes qui s'en occupent soient en formation. Mon mari prend le taureau par les cornes et envoie un email au Consul de France qui promet enfin l'entretien et les démarches pour ... la semaine prochaine, ou la suivante !

 Ca y est, nous l'avons enfin eu notre premier rendez-vous à l'ambassade, le jeudi 09 décembre 2010, et il s'est bien passé, la conversation de deux heures ayant tourné autour de nos vies à Fabien et moi ! Nous y avons appris que la décision de donner ou non l'agrément doit se faire dans les 9 mois suivant la réception du dossier de demande, ce qui indique qu'à priori nous devrions être fixés avant le mois de juin ! Un peu court pour adopter en Ethiopie en tant que résident (nos cartes sont valides jusqu'au 30/08). 

Second entretien le 13 janvier 2011 à la maison, tournant pendant près de 2h autour de nos motivations, puis visite de notre maison. Entre autres sujets abordés : les statistiques et le temps variable remarqué entre l'obtention de l'agrément et l'arrivée de l'enfant, mais aussi nos attentes et notre organisation familiale, nos réactions, à chaud, à des propositions diverses d'accueil d'un enfant ne correspondant pas à celui que nous espérions ...

Le troisième rendez-vous s'est déroulé comme prévu le 26 janvier 2011 pour permettre à l'équipe de l'Ambassade de France de rencontrer nos enfants.

Finalement, parce que l'Ambassade se préparait à accueillir Nicolas SARKOZY, on nous à proposé un rdv sur place, et non pas à la maison. Bien entendu, pas de problème, les enfants étaient disponibles, alors maison ou Consulat, pour discuter c'est la même chose ! Après un rapide petit tour des bureaux fraîchement réorganisés et rénovés, nous nous disposons en cercle et l'entretien commence, portant sur la compréhension de nos enfants autour de cet évènement.

Alors que la dernière tourne autour du pot de bonbons et dessine au marqueur (après avoir quand même dit que cela ne l'intéressait pas de répondre aux questions !), les deux grands se débrouillent tant bien que mal pour s'expliquer. Et là, plétore de jolis petits mots, d'hésitations ... Coline se dandine sur son siège avant d'exprimer son idée, très juste, de l'adoption, guidée par les questions de son papa, et Quentin, mèche de cheveux dans les yeux, plutôt tranquille, ne semble pas trop gêné par cette intrusion dans la famille. Si ce n'est que "l'adoptement" permet de rendre l'enfant 'intelligent' !

La semaine dernière, nous avons rencontré S. et sa femme, en procédure d'adoption, venus de France pour récupérer une fratrie de deux soeurs éthiopiennes. Rencontrés via mon blog, sur internet, ils nous ont expliqué leur procédure, leurs questions, ce qui nous a permis de nous confronter à un cas concret. Ils sont passés par les AEM (Amis des Enfants du Monde) : www.amisdesenfantsdumonde.org

Après visite du site, il semble effectivement que le nombre d'enfants en provenance de l'Ethiopie est plutôt important. Mais visiblement l'accès à cette association n'est pas facile, les démarches quasi semblables à une deuxième demande d'agrément, et les frais assez élevés mais lissés pour tous les couples adoptants, quelle que soit la provenance de l'enfant accueilli. Un bien, ou un mal ... A nous de voir. Une chose de certaine : le Conseil Général a 9 mois pour répondre à notre demande, et même si nous obtenons l'agrément avant juin, nous ne serons 'presque' plus résidents en Ethiopie, alors la démarche directe risque d'être compliquée. L'adoption directe paraît moins coûteuse et plus rapide. Mais évidemment cela dépend des lois de chaque pays, alors croisons les doigts  car nous devrons attendre notre prochaine destination.

Plus de news dès que possible ! Notre dossier devrait partir dès le 15/02, enfin dans ces eaux-là, vite vite vite !!!

 

Mars 2011 

Finalement le Conseil Général nous recontacte le 11 mars pour nous demander les coordonnées d'un psychologue à Addis-Abeba. Notre dossier ne sera soumis à la Commission qu'après réception de notre expertise ; le psychologue a bien été rapidement contacté par le Conseil Général. Le 14 mars il nous appelle donc pour prendre un rdv et du coup il nous facturera 4 000 etb pour 2 heures de consultation + 2 heures de rédaction de dossier. Nos premiers frais pour l'adoption !!

Avec un peu de chance le compte-rendu partira la semaine prochaine. En attendant, nous visiterons l'orphelinat de Mère Térésa jeudi 17 mars avec un copain résident comme nous qui est un peu plus avancé dans son processus puisqu'il a l'agrément. Du coup, nous n'aurons plus qu'à suivre, enfin si nous réussissons à adopter en direct en Ethiopie, le problème se posant que nous devrions quitter le territoire en juillet/août. Nous avons d'ores et déjà le contact d'un intermédiaire éthiopien qui s'occupe de la traduction des documents officiels et des r.d.v et autorisations auprès des autorités.

Soeur Jeanne D'Arc nous a cependant confirmé le durcissement des lois concernant l'adoption en Ethiopie, mais il semble que l'Ambassade des Etats Unis tente de discuter avec le gouvernement, nous espérons donc un petit retour en arrière. Et puis, cela concernera t-il vraiment les adoptions en direct ? Nous irons prochainement visiter l'orphelinat : La Congrégation des soeurs Térésa (Missionary of charities & children homes). Celui d'Addis-Abeba se trouve à Sidist Kilo, sur Janmeda, à droite un peu avant les Télécoms).

 

28 mars 2011

Rencontre avec un intermédiaire de confiance, celui qui s'occupe déjà du dossier d'un de nos amis. Nous l'invitons à déjeuner, il nous énumère la liste des pièces à fournir pour monter le dossier et nous nous entendons sur le prix de sa prestation : 5 000 etb + les traductions.  Il nous conseille également, notamment il faudra bien préciser que nous désirons un enfant "full abandonned".

Enfin, il va falloir aller au FEDERAL POLICE FOREINSIC OF INVESTIGATION pour demander un "certificat de bonne conduite" et pour cela fournir : 2 photos, une copie du passeport, une copie de l'ID + 10 etb/pers. Sur place, les empreintes + un formulaire à remplir que l'on peut passer prendre avant, pratique pour ne pas perdre trop de temps. On vous fait passer de salle en salle (1-présentation / 2-caisse / 3-empreintes).

Ce bureau se trouve en bas de Churchill derrière l'Immigration : tourner à droite avant les télécom, remonter et tourner de nouveau à droite quelques dizaines de mètres après l'Immigration. On peut très bien le faire seul, sans être accompagné. Bureaux ouverts jusqu'à 15h. Compter 1 jour pour obtenir le papier, et le chauffeur peut le récupérer sans vous. Pas de parking mais un terre-plein sur lequl on peut se garer. En faire une copie pour vous car c'est l'original qu'il faudra mettre dans le dossier.

De même, le psychologue nous a remis son rapport. Nous allons le faire traduire en français et en amharique, et envoyer les exemplaires anglais (version originale) et français au Conseil Général.

Dès le 30/03, notre intermédiaire s'occupera de la traduction des documents en amharique, via des traducteurs assermentés par l'Ambassade de France (il y en a deux).

L'Ambassade vous donnera le nom des deux traducteurs auxquels on peut s'adresser. Ils officient du côté du stadium.

A mon retour de voyage, nous prendrons rendez-vous avec Soeur jeanne D'Arc pour visiter l'orphelinat et parler de notre projet.

Notre intermédiaire, G.,  me demande le rapport social écrit par l'Ambassade de France. J'ai fais la demande par internet et j'attends la réponse. Peut-être faudra t-il attendre la réponse du Conseil général concernant notre demande avant de le récupérer ...

Le traducteur, L., nous a fait défaut et je suis finalement partie en voyage avant d'avoir pu récupérer le rapport psychologique traduit en français.

Il me l'a scanné deux jours plus tard, je l'envoie d'abord par @ avant de le poster la semaine prochaine lors de mon transit en France. Toujours pas de nouvelles du Conseil Général dont la décision se fait attendre !

 

21/04/11

Ca y est, le Conseil Général nous informe que notre dossier passera en commission le 16 mai 2011 prochain. Encore quelques semaines à attendre la décision, on croise les doigts !

 

Mai 2011

J'ai peur, plus la date butoir arrive, plus je suis inquiète de ne pas avoir cet agrément ! Il faut dire qu'en ce moment rien n'est simple pour nous et nous quitterons probablement l'Ethiopie pour la France en juillet.

Pour les deux prochaines semaines, nous attendons deux décisions : une réponse sur une affectation hors-France, et la décision du Conseil Général concernant notre demande d’agrément. Deux projets donc qui auront enfin une réponse prochainement et qui nous permettront d’orienter enfin nos décisions et de commencer les démarches d’inscriptions des enfants à l’école, de recherche de logement, et de préparer notre départ, plus ou moins sereinement.

Mais j’ai peur, plusieurs mois que nous sommes dans l’attente ; y a-t-il un risque de se voir refuser l’agrément, et pour quel motif ? S’il devait y avoir un frein, ce serait sans aucun doute possible notre mode de vie : l’expatriation. L’expatriation fait peur, surtout dans le domaine de la stabilité familiale. Concernant notre famille, les enfants ont été élevés sur ce mode là, et nous n’avons jamais eu de problème particulier d’adaptation ou de comportement. Mais je pense que cela doit orienter la décision, et même si le rapport du psychologue est favorable, nous ne savons pas ce que contient le rapport de l’Ambassade. D’ailleurs, l’Ambassade ne répond pas à nos emails, alors que l’un des deux intervenants qui se sont occupés de nous vient justement de quitter le pays. D’où notre confusion, car nous espérons, en cas d’acceptation, finaliser le dossier éthiopien que nous sommes en train de constituer, au cas où … Mauvais signe peut-être ? je ne suis pas tranquille, et je suis partagée entre deux sentiments : celui de vouloir savoir tout de suite, et au contraire, celui de ne pas vouloir savoir, par peur d’être déçue. Mais comme disent les enfants, « ce n’est pas bien grave si ça ne marche pas, maman le fera elle-même, le bébé » !

Je suis passée cette semaine à l'orphelinat, et Soeur jeanne d'Arc m'a confimée que peu de bébés étaient arrivés, effet de la loi passée il y a peu qui oblige la police à déposer les enfants retrouvés dans les orphelinats publics. Je suis donc inquiète pour cela aussi, même si je sais que les démarches sont vraiment très rapides pour les résidents, je redoute de ne pas trouver d'enfant à adopter, tout simplement, idiot, non ?

Un an à un mois près, et encore quelques jours je pense pour connaître la décision du Conseil Général ... La première décision qu'on attendait était de savoir notre prochaine destination, nous en avons maintenant une idée, mais rien n'est encore certain. La deuxième se fera un peu attendre, c'est ainsi ... Pourvu que !

 

 La Commission s'est réunie le 16 mai

 

17 mai 2011

Rien, toujours rien, alors on a tenté un petit message du genre : "comment comptez-vous envoyer votre décision, par courrier ou par email ?" ! D'après vous ? C'est là que j'aurais besoin des témoignages de parents ayant adopté. J'ai le trac maintenant, je dors mal à nouveau et j'ai hâte de savoir enfin, pour être soulagée, quoi qu'il advienne. je tenais ce soir un bébé de deux mois et demi, ça fait, drôle, c'est tellement petit ... Quand on pense qu'on passe tous par ce stade, je crois rêver, surtout quand je regarde mes enfants. C'est sûr, on pousse trop vite au début !

 

18 mai 2011

Toujours rien, malgré notre message ... Dégoutés, nous attendons, impatients, frustrés, il n'y a plus que ça à faire de toutes les façons. Mais je trouve ça bien injuste, déjà 11 mois que nous avons fait la demande de dossier, et le bout du bout n'est toujours pas là. 

 

24 mai 2011

Passé une journée entière sur les forums et pas vraiment de réponse à mes questions, j'en ressors même plus inquiète qu'à l'arrivée : les témoignages divers sont tous d'accords sur le sujet : adopter avec des enfants biologique peut s'avérer compliqué  ! Un site seulement répond à ma question : combien de temps entre passage en commission et communiqué de la décision // Alors, d'abord, la décision est prise par le Président du Conseil Général (qui s'en remet généralement à l'avis de la commission) et l'envoi de la décision se fait sous huitaine (ou quinzaine ?) par courrier, et non par téléphone. Bref, encore quelques jours de frayeur, de stress, d'autant que nous ne recevons pas directement le courrier, vraiment pas facile dans notre cas ! Et comme le Conseil Général ne répond pas à notre email portant justement sur ce sujet épineux d'envoi de courrier ... Les jours passent .. et se ressemblent tous !

L'Ambassade de France à Addis s'est manifestée, Fabien ayant rencontré une des deux personnes qui ont fait le rapport : le dit rapport social est bien entendu disponible et je peux passer le chercher quand je veux, ce que je ferai cette semaine sans doute.

 

29 mai 2011

Le Conseil Général ayant enfin répondu, il semble que notre dossier soit passé dans « le circuit signature ». Comme aucune réponse ne sera donnée par @ ou téléphone, il nous faut attendre le courrier qui suivra prochainement nous informant de la décision prise par Le Président du Conseil, toujours suivant les indications de la Commission (à priori selon les informations officielles).

J’ai récupéré le rapport social auprès de l’Ambassade et j’en ai profité pour parler adoption avec mon interlocutrice. Cette dernière a proposé d’appeler le Conseil Général pour demander l’envoi du courrier directement au Consulat de France. Demande qui a été acceptée. Cependant, la Valise Diplomatique n’arrivant que le mercredi, cela paraît trop court pour que la réponse parvienne cette semaine, si toutefois le courrier a été envoyé.

 

06 juin 2011

Après relance (on en avait marre d'attendre !), le Conseil Général nous a informé que le courrier est partit ... la semaine dernière ! Via la Valise Diplomatique, cela prend plus de temps, forcément, mais cette fois nous sommes bien dans la dernière ligne droite !! Nous espérons enfin recevoir une réponse cette semaine, on croise les doigts !! Surtout que le Tribunal devrait fermer ses portes courant juillet, alors nous craignons de ne plus avoir le temps d'adopter, enfin dans l'hypothèse où l'on a l'agrément bien sûr !

 

11 juin 2011

La Valise diplomatique était non seulement en retard mais en plus le courrier n'y était pas, c'est décidément pas de chance ! Fabien a tenté d'obtenir une réponse par téléphone auprès du Conseil Général (jeudi), mais tout ce qu'il a obtenu c'est l'envoi du même courrier chez ma mère. Mais est-il partit ? En tout cas, pas reçu samedi, et avec lundi jour férié, c'est encore pas de chance !! Il m'arrive parfois de penser que nous sommes maudits ... Une personne que nous connaissons ici me disait que seulement 10% des demandes d'agrément sont recalées, mais nous ne voulons pas prendre le risque de retourner à l'orphelinat par crainte d'être déçus quand le courrier arrivera. Encore l'affaire d'une semaine, à priori !!! Dire que ce courrier est partit la semaine dernière ...

 


 

Ce n'est que le jeudi 16 juin que nous avons enfin appris la décision du Conseil Général. Elle était négative, et là nous étions tous ahuris par cette nouvelle absurde remettant en cause notre capacité à être parent, voire la formation de notre famille. Avant de se pencher sérieusement sur ce fameux courrier redouté mais libérateur, après 12 mois de stress, on y apprend à nos dépends que :

 

- que nous sommes immâtures et n'avons pas appréhendé comme il se doit l'adoption, et que notamment notre décision d'élever cet enfant comme les nôtres ne correspond pas à la vision qu'on doit avoir de l'adoption !

- que l'on pourrait redouter notre réaction si l'enfant était malade et que notre vision de l'enfant adopté est trop 'idéalisée', en bref,, on l'abandonnerait bien facilement en cas de pépin !

 

Je me demande bien pour qui on  nous prend quand on envoie de tels courriers à des personnes qui désirent adopter, et qui ont une famille en plus, qui ont déjà élevé, pris en charge trois enfants et qui désirent apporter de l'amour à une enfant qui n'en a pas. Abasourdie, anéantie, triste, je ne trouve pas encore vraiment la réaction adéquate ; je suis aussi frustrée et énervée, en colère.

 

D'où l'on apprend par la suite que le département 64 fait partie de ceux qui délivrent le moins d'agréments d'adoption en France. Si seulement nous l'avions appris au moment de faire les démarches, nous ne serions pas à nous demander si nous demandons un "recours à l'amiable", ou si nous attendons le délai de 30 mois avant de déposer un nouveau dossier, ou si nous déclarons forfait. Dans trente mois j'approcherai des 40 ans, nous n'aurons certes plus les mêmes prétentions, et il sera déjà bien tard pour s'engager dans une telle voie ... incertaine qui plus est.

 

Enfin, voilà, fin d'une aventure injustement stoppée dans sa lancée par une commission qui ne nous a jamais rencontrée, qui n'a pas pris la peine de nous rencontrer avant, qui a peut-être baclé le passage de notre dossier, on ne saura pas. Fin d'un projet de famille qui nous tenait à coeur, et début d'une autre, car comme dit Mélissa, 5 ans, d'une lucidité et mâturité exemplaire :"c'est triste mais ce n'est pas grave, maman va en faire un de bébé". C'est certain que malgré cette décision arbitraire, nous pourrons toujours faire ce bébé tant désiré. c'est cependant dommage pour cet enfant qui en aurait besoin et qui restera peut-être dans un orphelinat parce que nous n'avons pas eu le droit d'adopter.

 

Liste des documents à fournir pour constituer le dossier éthiopien d'adoption en directe (pour les résidents)


 

Affaire à  suivre ... dans quelques semaines !!!

Bon forum de questions / réponses concernant l'adoption : http://forum.adoptionefa.org

Ou http://forum.aufeminin.com/forum/  

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/adoption-internationale_2605/pays-origine_3233/fiches-pays_3895/ethiopie_9606.html   // France Diplomatie - Fiche pays adoption - Ethiopie

 

www.adoption.gouv.fr

www.agence-adoption.fr

 

En Ethiopie : pour l'attestation médicale, contacter le Dr WAFA à la Sunshine Clinic. Pour la consultation psychologique, contacter le Dr Jonathan BANES. A l'ambassade de France, ce sont Mariama DIALLO (qui s'en va prochainement) et Catherine CHAILLOL qui s'occupent de monter votre dossier pour l'envoyer au Conseil Général. 

Dr Jonathan BANES : prendre Meskel Place, tourner à droite au panneau Global Hotel (avant le Dreamliner - Laboratoires Arsho). Dans la petite rue, s'engager à droite et aller tout droit. Tourner à la 4ième à gauche, puis 2ième à droite et au fond de la petite rue c'est le portail gris à gauche du blanc ! Banacek Clinic,  (251) (0) 910.07.16.84 ou jonbanes@gmail.com

Le docteur BANES est membre du Health Professions Council en Angleterre : www.hpc-uk.org

 



14/06/2010
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1040 autres membres