Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Il faut en parler : petit comparatif des insectes de tous les jours !

Vendredi 03 octobre 2008

Quelques lignes sur le petit monde des « bébêtes » familières que nous avons rencontré ces deux dernières années, celles que Mélissa appelle, sans aucune différenciation, des « cafards » !

A Brazzaville (Congo), ‘fourous’ (minuscules petits insectes piqueurs et suceurs de sang), moustiques (moins agressifs), mouches à vers (de temps en temps !) et gros cafards (trop souvent !) ont rythmé notre vie ; à peine le pied posé en dehors de chez nous et nous faisions le régal des deux premières catégories. La dernière infestait malheureusement la maison, arrivant principalement des canalisations et autres ouvertures vers l’extérieur. C’est fini, merci !

Ici, à Addis Abeba, ce seront les araignées (petites fines et grosses noires !) et … les puces ! Les expatriées vivant ici depuis plus longtemps que nous se sont penchées sur la question et analysent le phénomène, familiarisées avec ces détestables petites bêtes. On apprend ainsi que ces petites suceuses de sang sont présentes partout en ville et que peu de gens y échappent (super, il faut se préparer !). Ensuite, on nous raconte en détail le processus de développement des petites piqûres rouges aux grandes plaques irritantes localisées généralement au niveau de la ceinture ou des aisselles et des jambes, l’infection étant possible dès lors. Où je découvre alors que Mélissa et Fabien ont déjà goûté à ces petites morsures (je me demandais ce que ça pouvait être, maintenant je sais !). Les mêmes expatriées nous livrent ensuite dans la foulée leurs petits remèdes (ouf, ça tombe bien, il y en a un !) : aller chez Harari et acheter de l’essence de ‘tree oil’ au fort pouvoir aseptisant et apaisant. Que cela ne tienne !

Outre les puces, on aperçoit le soir, à la nuit tombée, ce qu’on appelle chez moi « des cochonnets », sortes de mille-pattes se tournant en boule dès qu’on les touche, apparaissant le plus souvent dans les maisons humides (oups, c’est visiblement le cas chez nous !). On en trouve aussi en France, dans le sud-ouest en tout cas. Enfin, encore plus tard, de drôles de perce-oreilles sortent des boiseries et se promènent dans la maison. Ces deux dernières catégories ne nuisant pas particulièrement, on retiendra essentiellement le problème des puces ! Reste le problème des mouches : il y en a moins qu’à Brazzaville, mais elles sont deux fois plus grosses et font un bruit agaçant !

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’attaque de puce_08-10-08

23h, l’heure de se coucher et de ranger mes affaires au placard quand soudain une drôle de bestiole se promène sur mon tee-shirt. Petite, ronde, elle saute ! Je saisis l’importance de la chose et de sauts en sauts je finis par la saisir et l’éclater entre mes ongles : « la petite puce » m’avait déjà piquée ! J’informe Fabien puis je me couche, insomniaque, me demandant quelle zone elle avait bien pu choisir !



11/10/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1040 autres membres