Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Chroniques ... Par une ado expatriée rapatriée confinée - 02 mail 2020

 

Nathalie Guironnet-6766.jpg

 

En attendant, nous passons aux fourneaux. Entre simples idées soufflées à mamie et maman et Mélissa et moi aux fourneaux, de nombreux plats ont été confectionnés en 1 mois. Tartes, salades, tous types de viandes, poissons, pâtes, riz, légumes, fruits, gâteaux,… Le frigo est régulièrement approvisionné par les soins de mes parents ou de ma grand-mère. Eux seuls sont en contact avec « le monde extérieur ». Nos confections à moi et ma sœur depuis qu’on est là ? Crêpes, tartes à la tomate et au fromage de chèvre, tarte au chorizo, salades composées, tartines de fromages grillées, tarte aux pommes, chaussons aux pommes,… Et ce n’est pas fini, nous avons encore le temps de perfectionner nos talents de cuisinières. N’oublions pas que le chocolat fait partie intégrante de notre régime alimentaire en ce moment avec les chocolats de Pâques. 

Et quand le soleil s’en va, que faisons-nous ? C’est à ce moment-là que jeux de cartes, scrabble, peinture, coloriage et dessin mais aussi pêche arrivent. Sans oublier la lecture pour certains mais aussi les jeux et vidéos sur la tablette pour la plus petite et les séries et les films pour les plus grands. Sans oublier les émissions à la télé et aussi le JT à 20h. Cela faisait longtemps que nous n’avions pas suivi aussi souvent les informations, mais le cas est exceptionnel n’est-ce pas ?

Une dernière chose intéressante qui, je pense, va me prendre un peu de temps les jours qui arrivent : les recherches. Nous avons la chance ici d’avoir une cave remplies de vieilles affaires de papa et maman : des livres, des cassettes, des vêtements, des photos, des objets,… Des vieilleries peut-être, des trésors aussi. A voir.

Loin de tout le monde et pourtant si proche ! Je crois que je n’ai jamais été aussi connectée avec mes amis. Entre les appels dans la journée ou tard la nuit, les messages à longueur de journée et les réseaux sociaux, on est en fait très proches les uns des autres. Certes c’est totalement différent que de se voir en réalité, de sortir ensemble, d’aller au resto, au centre commercial, au cinéma ou juste de se promener ensemble dans les rues de Maadi mais c’est déjà ça et ça me permet de ne pas être totalement décrochée de chez moi. 

Le confinement c’est aussi un moyen de décompresser, de se recentrer sur soi-même, d’apprendre à mieux connaître ses proches. On le vit tous différemment, seul ou à plusieurs, entre amis ou en famille. C’est aussi un moment pour changer d’habitudes, pour créer des rituels. Par exemple nous le vendredi soir, c’est plateau-télé devant une série ! Un moment de convivialité.

Je parle de convivialité mais n’oublions pas les disputes et les colères ! Elles sont peu nombreuses depuis le début du confinement, leur nombre étant largement écrasé par celui des rires, mais elles sont bien présentes. Besoin de décompresser, d’intimité, de calme. C’est dur quand on est 6 dans la même maison à tourner en rond. Mais l’ambiance règne : entre moi qui parle constamment, Mélissa qui passe son temps à me charrier et Inès qui se plaint de ne pas savoir quoi faire, la maison n’est jamais silencieuse, de jour comme de nuit ! Dernière nouvelle, Inès ayant soif hier soir, elle est descendue aux alentours de 3 heures du matin et a malencontreusement cassé un verre. Super réveil pour papa et maman !

Ce cas de force majeure et totalement inattendu laisse place à l’invention. Et je pense plus particulièrement aux petites perles que nous a sorties Inès ces derniers temps. On retrouve notamment :

-Une « tournade » au lieu de tornade

-Le piment « d’esquelette » pour le piment d’Espelette

-Le « téléporte-siège » pour le télésiège lorsque nous étions au ski en février

-Les « vœux » pour désigner les fleurs de pissenlit que l’on trouve dans le jardin avec ses « graines de vœux » qui volent un peu partout

-La « Rouquie », censée être le pays où se trouvent les rouquins, invention qui a provoqué un beau fou-rire en pleine partie de scrabble !

On notera aussi quelques histoires qui se sont déroulées durant les vacances au ski de février :

-L’histoire de l’ananas rôti : nous étions en demi-pension et avions donc un menu compris dans le tarif pour le soir. Ce soir-là, à la carte, c’était ananas rôti en guise de dessert. Inès et son amie ont cru qu’avec l’ananas, une tranche de rôti était servie. Elles ont donc déclarées à la serveuse qu’elle prendrait l’ananas rôti, mais sans le rôti ! Grand éclat de rire de toute la table ;

-Le verre d’eau parié : Inès et son amie avaient décidé de faire un pari, la perdante devant amener un verre d’eau à l’autre en mettant ce dernier sur la note de sa chambre. Inès a perdu et, toute embêtée, est allée dire à maman qu’ils devraient payer un verre d’eau en plus puisqu’elle avait perdu le pari. Comment lui expliquer que le verre d’eau était gratuit ? (à suivre)

Coline

 

 



02/05/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1210 autres membres