Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Bonjour à ceux qui se lèvent de l'autre côté du monde // Carolle // mars 2018

Bonjour à ceux qui se lèvent de l’autre côté du monde ! Au Sénégal !

 

Cela me ravit de savoir que l’autre est « toujours » au bout du monde, alors qu’il est « si près » quand on y est ! Dakar … Fort-de-France… ; Fort-de-France... Dakar.

 

Tout d’abord je remercie sincèrement Nathalie (www.unevieenafrique2@gmail.com) qui permet une passerelle entre le Sénégal et la Martinique, petite île caribéenne chargée d’histoire comme toutes celles des Antilles. Trente années de vie sur ce territoire « haut en couleur », qui s’illustre comme «Madinina, île des revenants»… alors que ma terre d’origine est « bretonnante ».

 

Comment parler de ce bout de terre, alors que guides et offices de tourisme déclinent maints atouts… ? J’espère juste partageravec vous des instants de « terroir », des moments « conviviaux » et des chemins « parfois oubliés ». Ainsi j’essaierai de vous donner quelques « petites nouvelles » régulièrement… trouvées au fil des rencontres.

 

La vie est riche de lumière même au pas de sa porte… tout en sachant que l’Ailleurs nous grandit par ses différences et ses compléments. A ce sujet, je débute un site sur les différents voyages entrepris et partagés au sein de ma famille d’où le nom de http://familyevasion.com

… n’hésitez pas, rendez-nous visite ! 

 

Pour finir, je vous raconte la petite histoire qui me lie au Sénégal, terre que j’ai connue dans mes jeunes années. 

 

Je me rappelle … « Enfant de 5 ans, notre maitresse nous demandait de dessiner un cochon ; chacun enfant de la maternelle debout comme « 3 pommes » et bien concentré prenait à cœur de finaliser une forme et couleur pour donner « vie » à l’animal... Toute ma classe avait esquissé un « quatre pattes rose » avec la queue traditionnelle « tire-bouchon ». Quand la maitresse est arrivée devant mon tableau : grand cri et alerte pour tous les enfants qui devaient venir lorgner mon petit cochon « noir » ! Du haut de mes 5 années, l’émotion est encore là, où adultes et copains riaient de mon « imaginaire coloré ».

20 ans plus tard, je parcourais les terres sénégalaises, ayant refoulé l’histoire du « petit cochon » et mon humiliation … lorsque soudain ‘tout’ a ressurgi ! devant moi, une ribambelle de « petits porcelets noirs » gambadait au sein d’une grande portée. J’ai souri puis ris ! le Sénégal me délivrait d’un poids (que je n’imaginais même pas...) en me donnant raison bien des années plus tard… ».

 

Tout chemin apporte sa vérité… là où elle se trouve.

 

A bientôt de vous lire.

 

Carolle



11/04/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1065 autres membres