Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Visiter Dakar

VISITER DAKAR

 

Petit tour non exhaustif de ce qu'on peut voir à Dakar, qui se complètera au fur et à mesure !

 

19/07/17

Une autre façon de découvrir Dakar (un membre de Rexpos) :

Une sortie sympa et pratique lorsqu’on reçoit de la famille ou des amis.Une visite des quartiers de Dakar en car boubou privatisé avec un super guide qui vous amène dans les recoins de la ville.
J’ai testé la balade pendant les vacances et nous sommes tous sortis ravis de cette expédition. On ne fait pas le tour complet de Dakar,  ce serait trop long et la balade dure 2h30 (ce qui finalement est bien suffisant car on en ressort avec la tête qui bourdonne gentiment) mais Oumar (le guide) a choisi quelques endroits assez typiques. Il ne décrit pas clairement le trajet car il préfère garder la surprise et je pense qu’il a raison, on se laisse plus facilement trimbaler lorsqu’on part vers l’inconnu.
Vous pouvez aller voir directement OUMAR WELLE à la case n°81 de Soumbedioune (statuettes en bois ) ou le joindre au 775451687 l’accueil est bien sur toujours très chaleureux !

 

 

Dernière surprise pour ce mois-ci :

Je vous propose de découvrir l'Atelier Céramiques Almadies qui existe depuis presque 25 ans mais où je n'étais jamais passée après 4 ans passés à Dakar, étonnant non ?

Bref, ce hangar couvert de tôle propose des photophores, bougeoirs, appliques, vases, de belles créations que l'on peut aussi commander. A l'occasion, il se transforme aussi de temps en temps en lieu d'exposition ! Mauro PETRONI

Pour y accéder, prendre au rond-point de la Gondole la route de la pointe des almadies et tourner à la 2ième à gauche, puis encore à gauche en direction du PAM qui se trouve juste un peu plus loin - Ouvert tous les jours de 8h à 19h - +221 33.820.03.38 ou cmp@orange.sn

 

 

Découverte de la ville de Dakar avec le site Tourisme Dakar ICD qui est un site créé en coopération entre la mairie de Dakar, la ville de Marseille et l'ONG ICD Afrique. Il propose de télécharger trois circuits pédestres permettant de découvrir l'artisanat sénégalais, le patrimoine historique et les pencs lébous (en deux étapes : Dakar et Medina). Bien que ces circuits mériteraient d'être plus encadrés et la signalétique revue, il n'en reste pas moins qu'ils sont une excellente base de départ pour visiter la ville de Dakar. Je vous conseille de vous connecter, d'imprimer le guide de poche de Dakar, et les circuits, et de programmer vos prochains weekends. Attention, les nouveaux arrivants pourraient bien avoir un peu de mal à s'y retrouver à cause de la signalétique, et notre dernier conseil, après avoir expérimenté le circuit Artisanat est d'appeler la veille les présidents des associations concernées (les contacts sont donnés) pour vous assurer que les points d'accueil seront ouverts, et les activités programmées !

 

www.tourismedakaricd.wordpress.com

 

Circuit Art, artisanat, et métiers traditionnels de la Medina - testé

Le circuit annonce 3,16 kms, ce que ne nous mettons pas en doute du tout, mais ce qui semble à priori à portée de tout le monde se complique quand on se déplace sur de grands boulevards en plein soleil et avec des cars de transport qui s'arrêtent n'importe où.

 

  • Arrêt n°1 : la visite des tisserands est le premier arrêt conseillé, néanmoins il n'est pas simple de le trouver quand on vous indique km 2 sur Cheikh Anta Diop face à l'église Saint-Joseph. En fait c'est un poil plus loin et c'est à l'intérieur de CARITAS Dakar.
  • Arrêts n°2 & 3 (batik et savonnerie - au même endroit) : dans la mesure où les rues sont saturées le matin par les transports en commun, mieux vaut prendre la voiture pour s'y rendre. Pour des raisons logistiques, attention, il faut savoir que les femmes de l'association AFEME commencent leurs activités à 9h30, notamment le coulage du savon, et si vous ne voulez pas rater cette partie de la visite il vaut mieux arriver à cette heure-ci. Pour s'y rendre, vous risquez de vous heurter à des murs ! Les rues sont en effet numérotées, mais toutes ne sont pas indiquées sur le plan de Dakar. Il faudra donc demander. Néanmoins il semble plus facile d'y arriver par les allées du centenaire (ancienne av. De Gaulle) et de tourner rue 25 pour trouver la rue 27. Ensuite vous y êtes presque !
  • Arrêt n°4 : les bijoutiers. Malgré ce qui est écrit ici, il n'existe pas une rue des bijoutiers, ils sont plutôt dispersés dans le quartier ! Quand vous appelez le vice-président de l'association nationale des bijoutiers du Sénégal, il propose de vous amener rencontrer les bijoutiers (sur rdv), sinon il vous renvoie vers le village artisanal de Soumbédioune ou la cour des Maures ! Donc passez par la case suivante qui est l'arrêt des cordonniers.
  • Arrêt n°5 : les cordonniers. Trouver la rue 11 est un jeu d'enfant, c'est celle du stade Ibamar Diop. Le long de cette rue, des dizaines de cordonniers serviables vous présenteront leur métier, c'est très très intéressant.

Ce qui reste intéressant à faire s'il vous reste du temps c'est de parcourir les rues de la Medina notamment vers la rue 25 où vous avez de jolis graffs sur les murs. A la Medina on reste assez accueillant avec les touristes aussi n'hésitez pas à aller à la rencontre des habitants.

 

Les six penc de la Medina - testé

Il s'agit ici d'un circuit pédestre de 2 Kms mais vous pouvez très bien le faire en voiture ! Par contre, si j'ai eu de la chance de rencontrer un jeune lébou pour m'amener et me faire visiter les pencs (avec le siège de la collectivité lébou), je crains que ce circuit ne soit pas simple à faire pour tout le monde. Les rues ne sont pas toujours faciles à trouver, les pencs ne sont pas indiqués comme tels par des panneaux, et il est conseillé d'aller se présenter aux propriétaires des lieux avant d'entamer la visite. A savoir : la plupart des pencs sont maintenant des enceintes où l'on a construit une mosquée, dont la visite est interdite aux femmes. Si l'empreinte des lieux a quasi disparu, il reste l'histoire et la rencontre avec les habitants de la Medina qui s'arrêtent pour vous parler.

 

 

 


Avec l'association XAAM SA GOX qui organise des ateliers de visite de quartiers. On apprend pleins de choses sur l'organisation historique, on découvre de beaux bâtiments, des ruelles insolites, très très intéressant, on en redemande  ! 

"L’atelier « xam sa gox » organise dans Dakar-plateau des randonnées de découvertes guidées et documentées.

Ces randonnées amènent les randonneurs sur les traces des lieux mythiques à travers les quartiers traditionnels « Lebu », se prolongent dans le Dakar de la colonisation dont les plus anciennes constructions datent du milieu du XIXe siècle et font un « clin d’œil » à quelques architectures contemporaines du Plateau.

Tous ces lieux s’imbriquant l’un dans l’autre et constituant l’identité de Dakar tel un « héritage de tolérance » à préserver."

Il faut contacter Annie JOUGA : ajouga@orange.sn

 


 Musées

 

  • BORIBANA

à N'Gor, à environ 200m dans la rue face à la station SHELL (en venant des Almadies) - Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h // 33.820.41.15 ou 77.652.52.31 ou boribana@orange.sn

Art contemporain et expositions ponctuelles

1 000 cfa / pers

Fermé actuellement je crois ....

 

  • LEOPOLD SEDAR SENGHOR

Lire l'article

 

  • MUSEE THEODORE MONOD

Musée de l'IFAN - A côté de l'Assemblée Nationale au Plateau (place Soweto) - 33.821.40.15 // Facebook // www.ifan.ucad.sn

Fermé le lundi // Ouvert tous les autres jours de 9h à 17h // tarifs : résidents 2 000 cfa, enfant 1 000 cfa et non résidents 5 000 cfa.

 


 

Le village des Arts

 

Se compose d'une galerie d'art et de nombreux ateliers d'artistes résidents.

Yoff - Route de l’aéroport Léopold.S.Senghor

levillagedesarts@gmail.com - didrissa@hotmail.com
77.552.19.80 -33.835.71.60

www.levillagedesarts.com  www.facebook.com/villagedesartsdedakar

 


Visite du Port autonome de Dakar

 

On ne le sait pas forcément, mais on peut visiter le port autonome de Dakar, et gratuitement en plus. Pour cela, il suffit d'un peu de patience pour remplir toutes les formalités administratives et de prévoir un car (en fonction du nombre de participants), à moins qu'une voiture perso. ne suffise. La personne qui s'est occupée de notre groupe était compétente, intéressante et surprenante. Lors de la demande on vous proposera de choisir une zone (nord ou sud). La visite de la zone nord incluant la Vigie, et les molls 1, 2 et 3 destinés aux importations voitures, et au secteur malien, entre autres ! Compter 1h30 environ. On peut faire des photos.

Contact : Mme Anta Diop, attachée commerciale du Port - 33.823.15.99 (direction commerciale du port autonome de Dakar) // anta.diop@portDakar.sn

La direction commerciale se trouve un peu au-dessus de l'embarcadère pour Gorée, au 53, Bd Djily Mbaye.

www.portdakar.sn

commercial@portdakar.sn

 

 

 


 


Les îles de la Madeleine

 

Le mieux c'est de passer par la voie légale cela vous évitera les personnes peu scrupuleuses. En effet, on nous a rapporté qu'un pêcheur au moins a eu l'indélicatesse d'escroquer un groupe de touristes. Nous vous conseillons de ne pas vous adresser à ce monsieur qui s'appelle Ngoma et qui avait pourtant été testé par une membre de Rexpos.

 

 


Soumbédioune 

 

- le marché aux pêcheurs : très odorant certes, mais dans cette petite baie, sur la corniche entre le centre-ville et les quartiers résidentiels, ça mérite largement le coup d'oeil ! Si vous vous y promenez un peu, vous pourrez discuter avec certains pêcheurs, obtenir les horaires d'arrivée des barques, et de la criée, observer un peu plus loin comment l'on confectionne les pirogues, intéressant ! Parking.

 

- le marché artisanal : mais attention, il vaut mieux être prévenu : il faudra négocier fort parce que les prix y sont particulièrement élevés et les vendeurs pugnaces !

 

- le cimetière musulman : fait partie du patrimoine classé (par qui ?). Date de 1907. Fermé depuis 1974 (plein). Il se trouve juste avant le marché, au bord de la route. On peut l'observer d'en haut (attention, le trottoir est étroit) et entrer à l'intérieur mais en respectant certaines conditions (pour les femmes) : port d'un pantalon jusqu'aux chevilles, tee-shirt manches longues et voile sur la tête, pas de sac à mains ! C'est strict, mieux vaut donc arriver équipé, sinon on ne vous laissera pas entrer. Parking. Un gardien propose ses services pour 5 000 cfa, c'est exhorbitant, on peut négocier ou refuser, même s'il vous accompagne ! Ceci dit, ce qu'il a à raconter est intéressant et permet de comparer les différences entre cimetières catholiques et musulmans, et de découvrir une partie de l'histoire du pays puisque des personnages illustres sénégalais y sont enterrés : Lamine Gueye, Blaise Diagne, etc. Attention aux vols.

 

Cimetière musulman de Soumbedioune

 

Tombes de Lamine Gueye et Blaise Diagne

 

 

La Mosquée de la Divinité sur la plage de Ouakam

 

Sur la corniche ouest, en direction des Mamelles, vous verrez sur votre gauche une mosquée posée sur une petite plage encaissée dans une baie.Si vous y passez, ouvrez grands vos yeux, des concours de pirogues s'y déroulent de temps en temps. Le soir, de nombreux sportifs viennent s'entraîner sur la corniche et sur la plage. En bas, les pêcheurs sont accueillants, vous pourrez y découvrir leur univers, et acheter du poisson si vous y êtes aux bonnes heures. Un pélican a ses habitudes sur place. Accès en voiture ou à pied (escaliers).

 

 

Plage de Ouakam : la mosquée et le port de pêche

 

 

Mausolée du Layène - Plage de Yoff

 

Ce Mausolée construit sur la plage reçoit la visite des pratiquant parce que son puits, ouvert à tous, serait un puits d'eau douce, ce qui est assez rare (?) en bord de mer. Vous pouvez vous y rendre, mais attention, prévoir pour les femmes : un pagne long pour le bas, un manche longue, et une étole pour la tête !! Rien que ça ...

 

 

 

Monument de la Renaissance Africaine

 

Ce groupe sculpté en bronze et en cuivre de 7000 tonnes et 52m de hauteur à partir du pied (à priori la statue la plus grande du monde devant la statue de la liberté) domine la plus basse des deux Mamelles. Débuté en 2002 et inauguré en 2010, il représente l'Afrique tournée vers l'avenir et symbolisé par une famille. Prévu pour résister à plus d'un siècle, ce monument de 15 étages est équipé de salles de projection, salon VIP, balises pour les avions et paratonnerre. Pour y parvenir, il vous faudra d'abord monter les 198 marches du parvis, soit 11 paliers de 18 marches chacun !

Ouvert du lundi au vendredi de 11h à 13h30 et de 15h à 19h. Le weekend jusqu'à 20h.

Tarifs :

- résident : 500 cfa (enfants), adulte : 1000 cfa (visite simple - sans monter : le musée et les trois premiers étages) à 3000 cfa (visite complète avec montée en ascenseur pour un panorama sur Dakar)

- touristes : 6500 cfa/adulte et 3500 cfa/enfant

 

(voir photos dans la rubrique photo)

 

 

Le Phare des Mamelles

 

Construit en 1864, on peut visiter ce vieux bâtiment/fort idéalement situé pour y respirer l'air frais et admirer la vue sur la côte découpée de Dakar. Un guide est à disposition pour vous faire entrer et monter en haut du phare, explications techniques à l'appui. Tarif : comme on veut. En voiture ou à pied, c'est un sentier fréquenté par les coureurs. Buvette fermée, n'oubliez pas d'apporter de l'eau. Pas de réel parking en haut, mais on peut s'y garer. Un gentil gardien est à votre disposition. Théoriquement ouvert à partir de 10h, jusqu'à 17h.

 

(voir photos dans la rubrique photos)

 


 Le centre ville

 

La gare

 

Inaugurée en 1885 et reconstruite en 1910, elle conserve une façade néo mauresque rappelant celle du marché Kermel. L’intérieur est accessible mais malheureusement en piteux état, on y accède par les ouvertures de côté (demandez l’autorisation aux policiers) – non payant. A l’extérieur, possibilité de se garer au rond-point sur le parking du Mess des officiers (non gardé). Sur le parking même de la gare, ce sont les taxis et les rapides qui attendent les clients. Des commerçants maliens proposent graines locales (tamarins, cola, ditak, etc.), cosmétique éclaircissante, et ont ouvert de petites échoppes où l’on peut manger de l’alloco et du poisson, entre autre ! La ligne fonctionne encore pour les résidents en banlieue mais les grands trajets sont en veille.

 

Actuellement fermée car la ligne Bamako Dakar est en veille.

 

 

 

La gare

 

Au rond-point de la gare, on peut voir un groupe sculpté, Demba et Dupont, représentant un tirailleur sénégalais et un poilu.

 

Demba et Dupont

 

Le marché malien

A fermé - les marchands de tissu ont déménagé vers le marché Salle des ventes. Vous trouverez les vendeuses côté parking au niveau de la gare.

 

 

Le marché Sandaga

 

Bâti en 1933 par l’administration coloniale, ce marché désoriente par ses fortes odeurs mélangées (huile de palme, encens, poisson séché), sa pénombre et le brouhaha qui y règnent. Fruits et légumes au rez-de-chaussée, poisson au sous-sol, épiciers au 1er étage. Le marché s’étend à tout le quartier maintenant : magasins de tissus (vente en gros), d’électroménager, de vaisselle et de mobilier de maison ! Attention, on s’y fait vite accoster par des rabatteurs de magasins, ou par des passants qui s’improvisent guides ! Attention également aux vols à l’arrachée. Difficile de s’y garer.

 

L’avenue Pompidou

 

Un grand axe menant de Sandaga à la Place de l’Indépendance, bordée de fast-food, bars et magasins d’électronique, où les vendeurs ambulants du marché débordent et étalent leurs marchandises !

 

 

L’Institut Français et les petites rues adjacentes

 

Donnant sur les avenues Pompidou ou Lamine Gueye, ce quartier invite à la promenade : placettes, église protestante, boutiques de décoration et d’artisanat, maisons coloniales et magnifiques baobabs. A l’heure du repas, les effluves de thieboudienne vendu sur les trottoirs et les restaurants Cap-Verdiens invitent à s’arrêter, à moins que vous ne désiriez profiter des petits coiffeurs ayant pignon sur rue ! Une halte à L’Institut Français permet de profiter de son bar et de lire à l’ombre d’un magnifique fromager ! Attention aux vols à la tire et aux parkings exigeant la remise des clefs et affichant des tarifs exorbitants. Quartier à éviter à l’heure de la prière le vendredi !

 

L’avenue Peytavin

 

Quelques jolis bâtiments coloniaux méritent l’attention sur cette belle avenue, souvent encadrés par des arbres majestueux du type fromagers et baobabs. A leur pied, des artisans vendent tissus et exposent toiles, ‘souwers’, et statuettes en bois ! On peut y déguster de très bonnes glaces (Nice Cream) ou boire un thé (Aux Fins Palais), entre deux pauses !

 

Maisons anciennes

 

Marché Kermel

 

Marché couvert de briques et de faïences, datant de 1910 entièrement remonté après un incendie en 1998. A l’intérieur : épiceries, étals de fruits et légumes, poisson puis viande. A l’extérieur, artisanat, fleurs et oiseaux ! Prix plus élevés mais meilleure qualité. Parking surveillé sur un terrain vague juste en face mais on peut facilement s’y rendre à pied depuis l’avenue Hassan II (ex. Albert-Sarrault - Canal +, Air France,  Casino, etc…).

 

Place de l’indépendance

 

Centre du Plateau composé d’une belle place autour de laquelle banques, bureaux de change, agences de voyage et hôtels se sont installés. On y trouve également la Chambre de Commerce et le Ministère des Affaires étrangères dont l’architecture méritent le coup d’œil, ainsi que la Mairie (un peu plus bas vers le la Gare). Accès corniche Est, et sur Hassan II : Galerie Nationale d’Art Contemporain.

 

 

Galerie Le Manège

 

Annexe de l'Institut Français, cet ancien manège rénové est un ensemble architectural à découvrir absolument ! Il accueille des expositions temporaires et le pôle linguistique de l'IFD. Au Plateau : 3, rue Parchappe (non loin de l'ambassade de France) - attention, voie à sans unique s'empruntant ainsi : après avoir passé le Casino Sarrault, prendre la 3ième à droite puis la 1ière à droite. Pas de parking.

www.ifdakar.org // 33.823.03.20

 


 A Médina, sur Blaise Diagne (bien avant d'arriver à ORCA), sur la gauche se trouve :

 

Le Marché TILENE

 

Comme il est plutôt difficile de s'y garer, prévoir d'y aller en taxi ou envisagez les petites rues autour. Le marché est vaste et composé d'un espace couvert très très sale à la lumière opaque et aux odeurs aussi exotiques sur l'endroit, où se négocient fruits, légumes et aliments de toutes sortes ! Vers la sortie, quelques bijoutiers ont installé leur stand ! Autour de cet espace, les marchands ont monté sous tente ou sous tôle des magasins vendant de tout.

Mais ce qui fait la particularité de ce marché ce sont les boutiques de gris-gris et talismans : disposés à même le sol, le long de l'avenue Blaise Diagne, herbes, poudres, graines et animaux séchés témoignent de l'attachement des sénégalais aux valeurs animistes. Difficile d'y prendre des photographies, d'autant que derrière ces étals de petites tables abritées le plus souvent par des toiles attendent les visiteurs qui viennent faire confectionner des gris-gris.

 

Quelques gris-gris

 


Original : Le petit train de Dakar

 

Propose une promenade touristique dans la ville de Dakar. Départ de Soumbedioune (marché aux pêcheurs). Privé. Appeler au 33.823.79.50 ou au 77.457.35.69 // lepetittrain@hotmail.fr

 


L'île de N'Gor

 

Voir l'article consacré.

 


L'île de Gorée

 

Voir l'article consacré.

 


L'îlot Sarpan

 

Voir l'article de Nouvelles de Dakar

 


 

Cimetière catholique de Bel-Air

 

Probablement le plus ancien cimetière catholique de Dakar, c'est tout un pan d'histoire coloniale que l'on retrouve dans ce cimetière où sont enterrés  jeunes soldats français, veuves et familles des colons, administrateurs de provinces coloniales, mais aussi le président Léopold SEDAR SENGHOR à la tombe extraordinairement dépouillée, et des personnes dont le parcours ont influencé le développement de Dakar au point que la ville a donné leur nom à certaines rues de la capitale : PEYTAVIN, le Dr THEZE, etc. Tombes anciennes datant des années 1880 à une époque plus récente. Un petit tour d'histoire dans un silence étonnant pour la zone industrielle ! Entrée libre.


 

Les jardins des Parcelles Assainies

 

Pour ceux et celles qui pensent avoir fait le tour de Dakar, il faut savoir qu'on ne vient jamais à bout de tout ce que cette ville nous réserve comme surprises ! Et justement, peut-être n'avez-vous pas encore été vous promener dans les jardins des Parcelles ?

Côté pile, une vue sur la ville, les immeubles résidentiels, le pont enjambant l'autoroute ; côté face, de petits jardins privés desservis par une piste en terre, avec des légumes, certes, mais aussi le long du chemin des fumoirs de poisson, une soue à cochon, des rencontres étonnantes et amicales surtout, on n'en revient pas !

 

DSC_4419.JPG


Le marché aux cochons

 

Il se trouve à Grand Yoff, on l'appelle communément le marché Bignona. Il s'agit d'un petit marché enclavé dans le quartier où casamançais et guinéens se partagent des stands de vente de porc en morceaux ! A côté, des vendeuses cuisent des saucisses ou des abats au barbecue, et une petite boulangerie artisanale vend des tapalapas (petits pains de 100gr à 100 cfa) cuits sous vos yeux (si vous avez de la chance) ! Les premiers vendeurs arrivent vers 9h, mais attendez plutôt 11h00. Ferme vers 17h.

 


 

Les teinturiers

 

Quartier Sodida, zone industrielle de Dakar, côté Castor, se trouve un endroit excitant pour les yeux, unique à bien des égards : un endroit où travaillent teinturiers et frappeurs de tissus. Là, vous ferez des rencontres intéressantes, mais restez discret, les étrangers sont tolérés, surtout si votre appareil photo ne sort qu'après avoir demandé l'autorisation !

A lire :

http://www.thestar.com/life/2014/04/05/clothing_in_senegal_printed_and_dyed_in_a_preindustrial_setting_porter.html

 

 


 

La décharge de Malika : M'Beubeuss (Keur Masar)

Bien sûr, tout le monde n'aura pas envie, néanmoins cela peut être intéressant notamment car au Sénégal le recyclage est très important et qu'on peut y observer et apprendre des tas de choses. Mais surtout, en arrivant à l'entrée pratiquement (Malika quartier Montagne), sur votre gauche, il y a en contrebas une maison qui abrite le BOOK-DIOM des récupérateurs de M'Beu Beus. Il faut s'y présenter auprès du président El Hadj Malick DIALLO, ou de "Zidane", le vice-président de l'association. On vous demandera la raison qui vous amène à visiter l'endroit, et il faudra négocier le prix de visite, sachant que : normalement, si vous ne prenez pas de photo, rien à payer, si ce n'est un pourboire à négocier avec le guide qu'on vous attribuera, et encore ; si vous prenez des photos ou filmez, et si vous êtes 'blanc', alors le prix va vite monter ! Normalement, rien ne dit que cette association a le droit de faire payer les prises de vues, mais pour accéder au site avec un appareil photo il faudra mieux montrer patte blanche, d'autant que le dénommé Zidane n'est pas un tendre. Le prix appliqué peut être prohibitif, négociez !!

recuperateurs.senegal@gmail.com

 

 

(à suivre)



20/03/2012
3 Poster un commentaire

A d馗ouvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 815 autres membres