Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Touba_on the road

 

On the way to TOUBA, la ville religieuse du Sénégal ; quatre heures de route (environ 200 kms), à peine moins, pour un premier trajet ce n'est pas si mal. L'idée, séduisante, était de s'approcher de ce lieu saint, le 'graal' de l'islam au Sénégal, une ville à part dans le pays. Des baobabs à perte de vue, des bus chargés de toutes sortes de marchandises, cette route m'enthousiasme. Nous suivons la voie ferrée, sans train, évidemment ...

Dès l'entrée dans la ville, on ne voit qu'un avenue, longue, propre, et au bout, tout au bout, on devine les minarets de la grande mosquée. Ici, pas moins de deux petites mosquées par quartier, mais celle-ci, la grande, est aussi la plus grande de l'afrique noire. La porte du mouridisme, on la voit au loin, mais tout proche, on vient de le passer, un panneau annonce qu'il est interdit de fumer et de boire de l'alcool. Pas de doute, à partir de maintenant il va falloir bien se tenir !

Notre accompagnateur nous parle du grand magal, celui où chaque année j'hésite à aller, mais à l'entendre parler, maintenant je me dis que j'ai peut-être bien fait de rester chez moi pendant cette période qui commémore le départ en exil en 1895 au Gabon de Cheikh Amadou Bamba, le fondateur. A l'époque, c'était pour dissoudre un mouvement religieux, pas vraiment réussi !

Je n'ai aucune idée préconçue, en fait je ne sais pas à quoi m'attendre. Nous venons de nous garer et j'observe mon accompagnateur : il est sorti du véhicule, a distribué des pièces de monnaie aux talibés, puis s'est lavé. Nous repartons ensuite vers la bibliothèque, c'est là que nous devons retrouver notre guide. Entourée par une nuée d'enfants, je me rends compte qu'il va falloir être patiente, très patiente, car il y en a partout en ville, des enfants mendiants. Une première surprise nous attend : le guide arrive les bras chargé d'un sac contenant des pagnes, car ici les femmes n'ont pas le droit d'être habillées en homme : évidemment, nous avions opté pour des pantalons, donc on en rajoute une couche avec une jupe par-dessus le pantalon ! Ensuite, le foulard que nous avions sagement apporté est largement placé sur la tête puis autour du cou. Dernière "mesure de visite" : il faut enlever ses chaussures (heureusement que nous avions aussi opté pour des chaussettes avec baskets) !

C'est ainsi, étrangement accoutrés, les pieds à moitié brûlés par le sol chaud, que nous partons à la découverte de cette magnifique mosquée exceptionnellement ouverte aux femmes !

Avec de nombreuses précisions historiques, le guide entreprend la visite de la bibliothèque puis nous entrons dans l'enceinte de la mosquée et commençons par les mausolées avant de rentrer dans les salles de prière. Une splendeur. Certes, la mosquée est en rénovation depuis 6 mois, et pour deux ans encore, mais ce que nous découvrons à l'intérieur valait bien le voyage, et notre accoutrement ! Nous croisons peu d'étrangers dans ce lieu calme, respecté par les fidèles qui commencent déjà à arriver : nous sommes vendredi, la mosquée ferme ses portes aux étrangers à 12h. A 14h, environ 15 000 fidèles se réuniront dans ce même lieu pour 15 minutes de  prière (l'accès aux femmes musulmanes est strictement règlementé, et les femmes enceintes ou ayant leurs règles ne peuvent pas y assister - mais par contre vous y verrez des femmes allaitant les seins nus). C'est ainsi tous les vendredis, mais il faut dire que la mosquée est fermée les autres jours de la semaine.

Je ne donnerai pas d'explications sur l'histoire du mouridisme, des manuels ou internet s'en chargeront si cela vous intéresse. Sur place, les guides sont compétents et se chargeront de vous raconter l'histoire du début à la fin !

Après la mosquée, la source de miséricorde, puis le cimetière musulman sont au programme (visite de mausolées, où l'on apprendra aussi comment l'on procède pour la mise en terre dans l'islam), mais finalement à chacun son choix. D'autant que tout cela se fait pied nu, ou en chaussettes, alors s'il fait très chaud ce jour-là, la visite pourrait se conclure par un petit tour à la pharmacie ! L'heure de la prière est là, il n'y a plus de place nulle part, les fidèles sont regroupés dans l'enceinte de la mosquée qui nous est désormais interdite, mais aussi dans la rue, et le spectacle n'est pas des moindres.

A Touba, inutile de chercher un restaurant, il n'y en a pas. Au pire, vous trouverez une petite gargotte de quartier (à la gare routière notamment) et mangerez un très bon thiep à 500 cfa mais pas forcément fait dans les règles hygiéniques, au mieux un bon sandwich fera l'affaire, bien que ... Il faut penser à repartir car nous ne sommes pas d'ici ! Dernière chose avant le départ : un petit coup d'oeil sur nos chaussettes et nos regards étonnés : pas blanches, mais presque ....

Voilà, c'était Touba on the way : une journée insolite au coeur de l'islam !

 

 

 

 

PS : peu de photos dans cette galerie, je les garde pour moi !



01/04/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 786 autres membres