Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Si vous êtes une femme - Roxane Sélavy


Honorables femmes, mes soeurs,

 

En réponse à d'intempestifs harcèlements de la part de messieurs,  j'ai identifié quatre grands types de réponses :

 

1 - Le non franc et massif, voire physique.  C'est une méthode éprouvée et efficace uniquement avec les hommes d'honneur.

 

2 - L'orgueil. Mes soeurs africaines ont chez moi peaufiné l'art délicieux de passer la tête haute devant un parterre d'yeux impudiques (restons courtoises). Adolescente, je tâchais en tremblant intérieurement,  de faire comme si de rien n'était. 
Attention,  condition 'sine qua non' pour l'efficacité de ce mépris, il faut éviter tout "eye contact".

 

3 - L' hypocrisie.  C'est avec une légère honte que j'avoue cette méthode porteuse de tranquillité.  Elle est constituée d'un faisceau de comportement,  dont voici un panel non exhaustif : le regard est baissé,  fuyant. L'argument est sournois (mon mari est jaloux,  voire violent). L'attitude est soumise, en retrait. Ok, j'ai déjà admis que je n'en étais pas fière.  Impossible à tenir en Louboutin / minijupe... Néanmoins,  et c'est une remarque de poids, elle est celle qui a porté le plus de fruits "fiche moi la paix" dans le beau pays qu'est le Sénégal.

 

4 - La provocation. Celui-ci est à manier avec subtilité,  et uniquement face à des hommes éduqués.  Excédée par le manège aussi léger qu'une enclume d'un homme de passage (c'est mieux) ou de votre entourage,  vous pouvez,  si vous l'assumez, répondre cette phrase fatale qui les laissera estomaqués, et vous offrira le laps de temps nécessaire à la fuite. "Tu aimes les femmes?  Et bien moi aussi!"
Devant une telle atteinte à la sacro-sainte virilité, si vous assumez l'estampille LGBT, la débandade est assurée...

 

L'homme :
En vertu de l'application du code universel du bonheur masculin et de la bien pensance, article 69, les faits suivants vous sont reprochés : usage abusif du féminisme,  de la fierté sororale et de la dithyrambe.  Au vu de ce langage outrancier,  et de ces propos excessifs,  en vertu du grand principe du droit des hommes à protéger leur tranquillité d'esprit et du texte susnommé,  vous êtes condamné par la présente à la sanction suivante : 50 nuances de fouet."

 

 

Roxane Selavy



21/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 907 autres membres