Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Si c'est pas de l'amour, ça !

 

La ville française dans laquelle mon mari n’aimerait pas vivre c’est Paris, évidemment moi ça ne me dérangerait pas. Nos raisons sont de chaque côté sans doute justifiées, alors faute d’un accord commun sur ce projet, pour l’instant nous nous contentons d’y amener nos enfants quand ils ont 10 ans. Nous avons commencé en 2011, j’y suis retournée cette année (2014), j’ai calculé que j’irai encore dans 2 ans puis dans 8 ans (oui vous avez bien compté, ça fait quatre enfants), bref, j’aime Paris, heureusement !

Mais j’ai réalisé qu’en 2011 j’avais 37 ans, et que dans huit ans j’en aurai 48, ça m’a fait un peu mal d’y penser, et surtout, si cette année j’avais du mal à suivre ma puce de 10 ans, qu’est-ce que ce sera quand j’accompagnerai la petite dernière dans sa découverte ! Je pense qu’il va falloir me remettre au sport pour courir après elle, et surtout il va falloir diversifier notre chemin parisien, car même à plusieurs années d’intervalle, Paris reste Paris, et ses monuments ne changent guère … Certes, l’aîné s’était focalisé sur les monuments, nous avons monté l’arc de triomphe, Montmartre, les marches menant aux cloches de Notre Dame (j’ai de la chance il a oublié qu’on pouvait monter la tour Eiffel à pied), traversé Versailles de long en large, le Louvre, le Parc des sciences de la Villette, et j’en passe !

Alors que cette année nous avons pris notre temps et flâné dans les rues, survolé les quartiers et fait du shopping, ce qui a permis de contenter notre fille tout en tenant compte aussi de nos envies, et nous avons un peu changé d’itinéraire, c’était plus drôle, moins stressant : Palais de la Découverte, carrousel de Montmartre, jardins du Luxembourg, spectacle à Mogador, halles, Pompidou, petit tour en vélib’, etc. Et je dois dire que j’aime autant découvrir la ville à travers ses petites rues, ses galeries d’art, sous la pluie je ne sais pas mais une chose au moins était sûre, nous n’avions pas chaud ! Si je regarde les photos de 2011, mon fils était en pullover et les journées n’étaient pas toutes ensoleillées ; cette année nous étions en pull et imperméable, avec des parapluies, et les bras chargés de paquets, au moins ça change ! Juste que les photos seront un peu plus grises aussi.

Notre fils nous a demandé si nous étions allés manger au petit japonais dans le Marais, si nous avions vu la tour Eiffel scintiller le soir, si nous n’avions pas oublié d’aller au Rex. Cette année on se souviendra même d’une fondue auvergnate sous la pluie de Saint-Michel ! Ma fille était ravie, les étoiles pleins ses petits yeux d’expatriée, le sac rempli de souvenirs pour ses copines, et les mains de mini polaroïds, instantanés de ses 10 ans à Paris.

Alors bien sûr, on pourrait parler de ses petits défauts, mais je me rends compte que les touristes les oublient vite ces petits travers français, ces visages un peu fermés, les stations de métro sales et obsolètes, pour s’arrêter au pied d’un petit chanteur de rue qui chante une chanson bien de chez nous, pour regarder à travers les vitrines des beaux magasins, pour imaginer ce que pouvait être avant ce si beau bâtiment qu’on voit au coin de la rue.

 

Des photos de cet été dans la galerie photos, rubrique Intermèdes-Tourisme vacances : Paris - Eté 2014



21/08/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 869 autres membres