Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Ras ... le ventre !!

Ras … le ventre !

 

 

 

Dakar, mai 2012

 

 

 

Dans les dernières semaines de la grossesse, alors qu'un petit « alien » se déchaîne dans notre trop gros ventre sans nombril complètement déformé par les coups, qu'on marche de plus en plus en canard, que la valise est prête depuis plus d'un mois, et qu'on fatigue encore et toujours, qu'il fait très chaud et que les insomnies sont de plus en plus fréquentes (paradoxalement, on aimerait accoucher vite mais on a certaines appréhensions et la peur nous bloque dans notre élan), on en arrive à se demander ce qui pourrait bien « provoquer » naturellement l'accouchement !

 

Entre les marches du Monument de la Renaissance (189 au total), le matin à la fraîche (et avec les encouragements des sportifs que je rencontre), la marche tout court (je n'ai pas l'habitude de passer mes journées assise, surtout quand on pense que j'ai fais le ménage et géré la maison jusqu'à 7 mois révolus de grossesse), les vitres (une bonne idée) et le sexe (assez compliqué quand même et peu érotique, si si, il faut le dire, alors que les 'vertus' du sperme sont bien connus !), on hésite, on essaie, et quand ça ne marche pas, et qu'on approche de plus en plus du terme, on se demande bien ce qui pourrait enfin nous soulager ! D'autant que monter 378 marches, ça fait plus mal aux mollets qu'autre chose, et que je souffre depuis cinq jours à la moindre descente ou montée !

 

Alors, on improvise, et la soirée de gala qui arrive pourrait bien enfin nous aider à commencer le travail. Et bien il faut croire que non, bébé est très accroché alors que maman se déchaîne sur la piste de danse plus de deux heures, sous les regards admiratifs des autres invités qui se demandent où je vais chercher autant d'énergie à plus de 8 mois et demi de grossesse ! Juste l'envie que ça se fasse, que bébé sorte, que maman dorme aussi, bref, les motivations ne manquent pas !

 

Bon, qu'on se le dise, bébé ne veut pas sortir, ou alors c'est le stress : le médecin le voit au col de l'utérus, il est cerclé, dur. « Alors, madame, qu'est-ce qui ne va pas ? Il ne faut pas stresser comme ça » ! OK, on arrête de s'angoisser, de toutes les façons mamie arrive (enfin ) ce soir, et du coup on se sent comme … soulagée, surtout que le médecin a proposé de déclencher l'accouchement, puisque le col de l'utérus est ouvert. Il nous avouera plus tard qu'il pensait que j'allais le réveiller dans la nuit …

 

Et non, bien que les contractions aient commencé leur travail en début de soirée, j'ai sans aucun doute passé la meilleure nuit depuis plusieurs semaines, et c'est reposée, bien qu'anxieuse, que je me rends au rendez-vous à la maternité, avec trente minutes de retard ! Le médecin pensait d'ailleurs que j'avais peut-être changé d'avis … je n'en étais pas loin, parce qu'après renseignements, j'ai appris qu'un déclenchement entraîne des contractions bien plus douloureuses que si elles sont naturelles ! Du coup, c'est le visage livide que je me couche sur la table, prête à endurer ce que je ne connais pas encore : piqûre dans les fesses pour dilater le col, perfusion, perçage de la poche des eaux, contractions dans le ventre (d’habitude je les ai dans le dos) et, grande première LA péridurale !

 

Heureusement, Fabien est là pour me tenir compagnie, parce que je ne le voyais pas ainsi : un confort inimaginable à côté des trois premiers accouchements passés sans anesthésie ! Plus besoin de tordre les doigts de mon mari, pas de grimace de douleur, on discute tranquilement presque, bref, no soucy, et pas de panique ! Et quand mon médecin annonce qu'il est temps de pousser, le bébé sort en trois coups ! En plus de ça je ne tremble pas, le médecin m'aide à sortir ma fille et la pose sur mon ventre pour la masser tandis que Fabien coupe le cordon. Inès ne pleure pas, sereine, hyper calme, elle se laisse manipuler par la sage-femme qui l'emmène loin de moi …

 

Bref, désœuvrée, couchée sur le dos (j'en rêvais depuis 7 mois), le ventre ballonné mais étrangement vide, je m'abandonne au plaisir d'avoir profité d'un accouchement exceptionnel, en seulement 2h30 de travail de bout en bout ! Surprise de la rapidité et de la facilité avec laquelle j'ai accouché, nous prenons le temps d'en parler un peu avec Fabien, bluffé lui aussi.


Bien, il est temps de l'annoncer … Les enfants sont à l'école, ils l'apprendront en rentrant.


Voilà, l'expérience est terminée, notre petite dernière prend enfin sa place au sein de la famille et maman va pouvoir se remettre à pouponner !! Nous sommes le 16 mai 2012, il est 10h30.

On va bientôt sortir de la maternité, réapprendre à s'occuper d'un bébé, et appendre à gérer une famille de 6 personnes …


Finalement, ça avait du bon d'être enceinte, on ne s'est jamais autant occupée de moi ! Passage prioritaire en caisse ou dans les files d'attente, accompagnement jusqu'à la voiture, facilités de rencontre, ça risque de me … manquer !! En plus la maternité était sympa, les repas plutôt bons et copieux, et même si on s'ennuie un peu ça aura eu le mérite de passer trois jours au calme. Mais comme tout n'a qu'un temps, voilà, c'est fait, on 'assu-me' (re) !

 




22/05/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 869 autres membres