Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Nos enfants ce mois-ci_Juin 2012_Un bébé "bio"

Nos enfants ce mois-ci

Juin 2012


Un bébé « bio »

 

 

 

Et voilà, Inès est née, la vie a bien changé ; une copine brésilienne, surprise d'apprendre la naissance d'un bébé « bio » (elle en était restée à notre envie d'adopter - envie qui a été déboutée par le Conseil général de notre région, jugeant alors que nous étions trop « immatures ») nous a d'ailleurs bien fait rigoler avec son expression. Bio-logique, évidemment !

 

Bref, les filles ont apporté une photo de leur petite sœur (prise à la clinique) à leurs maîtresses et dès le lendemain de l'accouchement, tout le primaire devait être au courant que leur sœur était née !

Mélissa a dessiné au pastel pour la fête des mères une femme enceinte (moi), « même qu'elle a toujours un gros ventre » elle a dit ! Ça fait plaisir d'entendre cet 'aveu' au détour d'une conversation avec la maîtresse alors que l'on vient enfin présenter Inès aux petites copines !

 

Coline est un peu malade ces derniers temps, elle a pris froid. A la pharmacie, on orthographie mal son nom et d'un coup de stylo Coline GUIRONNET devient Coline GUI MOLLET ! Là je rigole, mais sur le coup notre petite fille en aurait sans doute pleuré, elle qui subit les mauvaises blagues de Quentin qui aime bien détourner les prénoms de ses sœurs. Mélissa aussi prend souvent la mouche quand il essaie. On a donc arrêté, enfin presque … Bref, parce qu'elle est malade, Coline ne peut plus faire de câlins à Inès, et elle en est bien triste, parce qu'elle adore la toucher. Du coup elle est motivée pour prendre ses médicaments !

 

Nous sommes déjà le 08 juin, c'est la fin de l'année pour Quentin, il est fier (et il a raison) de nous annoncer qu'il est premier de sa classe. Le jour de sa sortie, c'est entre les œufs frais et les yaourts qu'il a fallu slalomer, et certains n'ont pas eu la chance d'en réchapper, un papa s'est même bagarré avec un collégien un peu trop zélé. Au portail, bloqués par les gardiens, des plateaux d’œufs attendaient.

 

L'ambiance à Dakar prend un air de vacances, les dîners de départ on déjà débuté, et les expositions se multiplient ; certains font le plein de cadeaux, d'autres préparent leurs cartons, et d'autres encore ne savent toujours pas ce qu'ils feront cet été, hésitants. Ça c'est nous, c'est dire si on stresse pas un peu, entre les familles qui réclament les dates et les enfants qui piétinent sur place. Dakar, donc, qui ne change pas : un camion a renversé plusieurs tonnes de poisson et de pains de glace sur la chaussée, et les policiers regardent, impuissants, les responsables ramasser le poisson dans des cagettes vides, alors que dans la voiture voisine de la nôtre (il faut s'imaginer une vieille peugeot 504), le conducteur se bat avec ses poules, oui oui, celles qui volent dans l'habitacle et lui picorent le cou (il faut juste le voir pour le croire, si si c'est possible) ! En ville, une voiture bloque une rue entière, elle est fermée à clé, le moteur tourne, les commerçants alentour essaient toutes les clés qu'ils trouvent pour la rouvrir !

 

Bref, entre deux embouteillages, papa et maman courent chez le photographe, qui ne peut pas faire de photos à cause d'une panne d'électricité.

 

Ce mois-ci, papa et maman prennent rendez-vous au Consulat pour l'acte de naissance et le passeport d'Inès, et pour celui de Mélissa (renouvellement). Ça va, on ne va pas se plaindre, toutes les démarches ont été vite, reste plus qu'à attendre pour récupérer les papiers. Maman est aussi allée à la clinique pour revoir son gynécologue, et les filles l'ont accompagnée. Mélissa a chahuté et passé son temps à observer tout ce qu'elle y trouvait, en plus de surveiller Inès avec ... une loupe ! Le médecin pense que ce sera une enfant terrible plus tard et qu'elle va nous en faire voir de toutes les couleurs. C'est vrai qu'elle n'a pas la langue dans sa poche, et sa maîtresse la première se heurtait parfois à son mauvais caractère. Cependant, Mélissa a un cœur d'or et c'est une enfant très intelligente, particulièrement attachante. Ce n'est pas parce que c'est notre fille bien sûr … ! D'ailleurs Mélissa a oublié de nous informer de certaines choses, mais comme elle le dit si bien «je ne l'ai pas caché, c'est juste que je n'ai rien dit » !

 

A la maison, les choses ont bien changé aussi : Coline se rend (enfin) compte « qu'un bébé prend toute la place des autres », et Quentin demande assez souvent « à part crier, ça fait quoi d'autre un bébé » ? Mélissa, quant à elle, « ex-petite dernière », préfère les bêtises, une manière comme une autre de faire de la résistance : elle trébuche (et se fait mal), renverse ses verres d'eau et les coques de lait de maman, claque les portes (et réveille sa sœur), refuse de faire ses devoirs (et pleure), bref elle se fait remarquer, et accessoirement gronder, puisque maman est très fatiguée et que sa patience a des limites bien définies en ce moment ! Papa essaie de faire l'éponge et s'occupe le plus possible des aînés quand il rentre du travail, soulageant maman au maximum.

 

Bien sûr, les enfants aussi aident maman de temps en temps, et se battent même pour toucher Inès, doucher Inès, changer Inès, embrasser Inès ! Maman doit en permanence freiner leurs ardeurs ; Quentin a des « ankyloses » (il est ankylosé) à force de porter Inès (toujours du même bras), Mélissa aimer faire « tressauter » Inès. Quentin, comme Coline, n'a pas encore mesuré à quel point sa petite sœur est fragile. Alors que maman lui a demandé d'enlever la couche d'Inès (juste la changer, Quentin préfère regarder !), elle le retrouve à ses côtés dans la cuisine : sa sœur, par contre, nous attend dans la salle de bain, sur la table à langer ! Heureusement qu'elle ne se retourne pas encore, quoique … Inès commence à s’arque-bouter dangereusement, mais c'est trop tôt mademoiselle, on ne fait pas ça à tout juste un mois !

 

Maman, c'est le « garde-manger d'Inès », elle n'a pas une minute à elle. Inès fait encore quelques fausses routes et l'effraie, elle préfère donc garder un œil sur elle. Inès aime faire caca dans les couches propres, et commence à faire des bruits bizarres. Et oui, elle grandit. D'ailleurs le médecin a dit qu'à un mois et demi elle a la taille d'un bébé de deux mois et demi, c'est rassurant ! Ah, c'est pour ça qu'elle porte déjà très bien le trois mois, et même le six mois ! Du bout de ses 5 kilos passés, Inès, hyper tonique, fait le margouillat et lève sa tête à l'affût de tout ce qui passe !

 

Voilà, fin du mois de juin, la suite au prochain numéro !

 



17/07/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 868 autres membres