Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Marimika, une designer très féminine

Ma chère amie Marielle, créatrice de la marque Marimika (une marque déposée en Afrique et en France), a bien voulu se prêter au jeu d'une petite interview. Entre nous, petit déjeuner, séance photo, et l'impression de (re)découvrir une 'belle' copine.

 

 

Nathalie_Guironnet-5329.jpg

 

-          Thé ou café le matin ? Sucré ou salé ?

Thé, et jus de citron sucrés au miel en semaine, le dimanche une viennoiserie ou une biscotte.

 

-          Tu es plutôt du matin ou du soir ? Quand a-t-on le plus de chance de pouvoir te croiser ?

Je préfère lorsque je me réveille tôt le matin, mais j’ai tendance à être très lente, une accélération à partir de 9h30-10h. J’apprécie de me coucher tôt pour le moment de détente avant de m’endormir. Il suffit de m’appeler, j’apprécie une petite pause café en fin de matinée à l’atelier en compagnie agréable.

 

-          Quand travailles-tu le mieux ? Comment travailles-tu (en silence, avec de la musique, seule ou accompagnée, une heure par jour ou ++ ?)

Je n’ai pas de moment spécifique pour mieux travailler, dès que je suis absorbée par mes motifs…. J’ai besoin de calme, j’écoute souvent la radio, musique, émissions culturelles, en fonds pour avoir aussi le chant des oiseaux… (malheureusement, du côté de mon atelier, ils ont abattu des arbres, et j’ai beaucoup moins d’oiseaux, à la place : des bruits de chantier !), là, ça fait quelques temps que je travaille beaucoup plus à la maison, où là, j’ai mes oiseaux ! Je travaille au moins mes 8 heures par jour, ce n’est pas toujours sur la peinture (j’aimerai bien !), il y a beaucoup à faire pour faire avancer mon petit artisanat…

 

-          Marielle, est-ce que tu peux te présenter en quelques lignes ?

Je suis née à Carthage en Tunisie il y a 50 ans, d’un père sénégalais et d’une mère française, j’ai grandi à Dakar. J’ai un BTS de Secrétaire de Direction, un Bachelor en Management et un petit diplôme de commercial. Ce sont probablement ces formations et les différents emplois que j’ai obtenu qui m’ont permis de gérer correctement et avec très peu d’apport MARIMIKA©. J’ai créé et démarré Marimika© fin 2006, et après une interruption de 4 ans, j’ai repris avec la ferme intention d’en faire et mon métier et ma passion en septembre 2013, boostée par quelques rencontres étonnantes. La marque est déposée au niveau de l’OAPI pour l’Afrique de l’Ouest et en France. Mariée, maman et complice de deux supers garçons à qui j’ai appris à faire de skate-board très tôt, je pourrai dire que je suis comblée.

 

-          Quelle est ta couleur préférée ?

J’adore les couleurs chatoyantes, orange (celui du coucher de soleil en été), jaune, rose vif, mais le noir est une couleur que j’aime beaucoup. Je n’ai pas une couleur préférée.

 

-          Peux-tu nous dire où l’on peut trouver tes jolies créations ?

A mon atelier sur la Corniche Mermoz lorsque j’ai du stock, ce qui est rare, le mieux, est vraiment de m’appeler au +221 77 554 12 56, en ce moment je travaille sur des commandes et depuis ma dernière exposition je n’ai plus grand-chose sur mes portants.

 

Nathalie_Guironnet-5314.jpg

Nathalie_Guironnet-5325.jpg

 

 

-          Quels sont tes projets pour cette année (et après ?)

Je ne peux pas dévoiler tous mes projets, juste dire que je vais créer mon site, pour le reste…

 

-          Peux-tu nous parler un peu de Dakar : que penses-tu de la ville dans laquelle tu vis (évolution ?), ce que tu aimes y faire, ce que tu fais en dehors de ton travail (APA), ton restaurant préféré, tes intérêts culturels dans la ville (galerie, artistes), où tu vas faire du shopping, bref décris nous un peu une journée où tu prendrais du temps pour toi.

Je suis malheureuse de voir ce que Dakar est devenu : un vaste dépotoir dans un urbanisme incohérent, des quartiers sans espace vert, malgré la mer tout autour, on arrive à y étouffer. Heureusement, il y a ses habitants, et il y en a bien 15% qui valent le coup d’y rester. Autrement, la mentalité de nos dirigeants ne nous amène pas à développer le pays qui a énormément de potentialités et on a l’impression que voir les gens dans la misère exalte certains. C’est bien triste de voir si peu de patriotisme et de solidarité. Mes combats pour l’environnement et le littoral ne datent pas d’aujourd’hui (Présidente-fondatrice de l’Association pour la Protection des Almadies –APA-, ASE-SN (escalade et environnement), PERL…), mais quand je vois le résultat et tous ceux qui m’ont lâché les uns après les autres, particulièrement au moment où je relançais Marimika© et où j’avais, probablement le plus besoin de soutien pour gérer les deux de fronts... quelques-uns sont restés auprès de moi, et ils font toute ma force et ma joie de vivre, ainsi que des nouvelles rencontres chaque jour… Je vais surtout au restaurant pour y voir les amis qui les tiennent : le Rhyad de mon amie Saadia Chérubin, la Pointe des Almadies de mon ami Philippe Rhad… Shopping ? Je ne suis pas du tout une « shoppeuse » ! A part acheter des bouquins, aux 4 Vents ou chez mon bouquiniste d’occasion à côté de l’Institut Français. Acheter des cadeaux chez « ma » Libanaise qui fait l’angle du carrefour Sandaga ou chez SY SECK ART aux Almadies à côté du Sweet Coffe. J’aime beaucoup aller à Gorée et n’y vais pas assez souvent à mon goût. Comme jusqu’à présent, c’est moi qui gère tout pour Marimika©, (communication, gestion, organisation et préparation des expositions…) j’ai malheureusement très peu de temps pour moi.

 

-          Sur quels sites internet tu aimes te connecter et pourquoi ? Les amis, le travail ?

France Culture pour écouter de « belles » choses (j’y sélectionne les émissions que je veux écouter), autrement, j’ouvre internet surtout pour vérifier mes mails, passer un peu sur les réseaux sociaux… passer de temps en temps voir les nouvelles de quelques blogs dont « Une vie en Afrique » et les news des Colibris (Terre Sauvage-SOS Planète).. Abonnées à un site qui s’appel « Futura » (Futura science, Futura Environnement…), à « Mon BestSeller.com » (lecture et dernières actualité littéraires), « Evènement » (page sur tous les évènements culturels francophones)… très active sur Facebook, j’ai ralenti un peu mes apparitions ces derniers temps car ma vie privée a été chargée de rebondissements plutôt désagréables à gérer. C’est passé ! Les amis ont une grande place dans ma vie et dans mon cœur. Je n’ai pas besoin de les voir systématiquement, avoir des nouvelles d’eux régulièrement me suffit. J’ai gardé un lien très fort avec mes amis d’adolescence, souvent éparpillés au 4 coins du monde, le miracle d’internet et du smartphone nous réunit.

 

-          Si tu avais un conseil à donner ?

Ouf… je ne suis pas encore un exemple de réussite même si je me bats sur tous les fronts et que je n’ai pas encore échoué… ! Mais, il est essentiel de pouvoir faire ce  qu’on aime, à défaut, que si le travail qui nous emploie n’est pas des plus agréable, s’atteler à des tâches qui nous plaisent en rentrant chez soi, on peut apprendre à être heureux avec peu de moyens. S’engager dans les combats qui nous correspondent pour ne pas regretter de n’avoir rien fait pour les générations à suivre au moment du grand repos. Je pense qu’il est très important, d’être indépendant et financièrement et d’esprit pour être heureux. Dans un pays comme le Sénégal où il y a beaucoup de pression sociale et où les inégalités sont énormes, évidemment, ce n’est pas facile. Et pour certains, être heureux n’est qu’un concept de riche...

 

La page Facebook

Bientôt un blog !

 

 

Nathalie_Guironnet-5283.jpg 



08/02/2017
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 898 autres membres