Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Le 'partcours' 2014 : un déballage peu emballant ...

Je ne prends pas assez souvent du temps pour moi, alors cette journée je l’avais programmée bien à l’avance. Le programme en main mais l’esprit un peu ailleurs, je suis donc partie ce matin pour un petit ‘partcours du combattant’ à travers la ville et ses embouteillages. C’est qu’il faut en faire du chemin si on veut tout voir, alors j’avais quand même ciblé certaines galeries, surtout celles qui proposaient un contenu photographique.

Donc, direction l’Autoroute à péage. Heu, ce n'est pas clair quand on ne connaît pas les artistes, donc je ne savais pas trop de quoi il s'agissait. Bref. Et là, première grosse surprise : en appelant le numéro présent sur la page, on tombe sur des agents commerciaux très serviables qui nous expliquent tout ce que l’on veut savoir … ou presque. La première chose à dire aurait été de passer à leur bureau à Cambérène (derrière la nouvelle station Total) pour récupérer une petite carte bleue intitulée « 6 Voies » et présentant les sculptures déposées le long de l’autoroute entre Dakar et Rufisque, parce qu'il s'agit de sculptures. Au lieu de ça, sans vraiment savoir à quoi il fallait s’attendre, je pars et je sors … à Pikine !

Premier péage, premier ticket, puis retour sur l’autoroute et là j’apprends que c’est gratuit sur l’axe principal Dakar-Diamniadio jusqu’à 10h pendant la francophonie (super je suis ravie de l’apprendre !). Je me gare sur le parking et découvre trois œuvres en métal placées en bord de route mais sans légende. Rien. Pas grave, je me dis que ça sera au prochain péage. Je sors donc à Rufisque et je vois bien dans l’herbe trois sculptures posées mais toujours sans légende, rien. Je me rends dans les bureaux et trouve un ‘accueil’ qui n’en est sans doute pas un vu l’accueil que j’y ai reçu ! Une dame, qui ne voit pas du tout de quoi je parle, appelle une personne au téléphone pour lui dire « qu’une blanche veut lui parler ». Oui, vous avez bien entendu. Nous sommes juste dans les locaux du groupe EIFFAGE. Elle me dit qu’elle ne voit pas de quoi je parle puis me dit de retourner à Dakar. Ok, je reprends la route en direction de Cambérène (2ième péage à Rufisque, puis 3ième péage à Dakar) pour rencontrer un agent commercial et lui expliquer comment on accueille les visiteurs à Rufisque. J’en suis ressortie avec un CD de photos de l’expo et un joli plan bleu qui servira peut-être à la prochaine sortie de Dakar. 4ième péage pour rentrer de nouveau à Dakar. Un peu chère la visite surtout que finalement je n’ai pas vu grand-chose, vraiment pas grand-chose, un grand dommage quand même pour Soly CISSE, Guibril André DIOP, Ndary Lo, Ngoor et Moussa TRAORE (à Rufisque, dans le jardin, on peut voir les oeuvres de Marc MONTARET de près !) .….

Après un bel embouteillage à Cambérène, direction le Village des Arts pour une exposition des artistes en résidence (mais pas seulement). Pluridisciplinaire, bien organisée, et un accueil personnalisé par le directeur de la galerie. C’était … reposant, juste ce qu’il fallait pour repartir vers la ville. Je craignais les embouteillages mais heureusement c’était plutôt fluide et après la Galerie Kemboury 2 à la piscine olympique (où l’on peut découvrir les photographies de Dieyna BARRY mettant en scène des femmes guerrières et deux sculptures de Sea DIALLO), direction le RAW MATERIAL COMPANY qui présentait à nouveau des œuvres issues de son fond propre. Un ensemble éclectique peu homogène se partageant entre photos reportages, peinture sur toile ou sur bois, installation, gravures, etc. Intéressant, très intéressant de pouvoir observer autant de formes artistiques différentes.

Enfin, dernier arrêt à Timtimol pour y voir les photos de Pascal Nampémanla TRAORE, les sculptures de Haby DIALLO et les tableaux de Kiné AW et Félicité CODJO. J’avais déjà vu des œuvres de F.CODJO lors de la biennale, j’avais particulièrement accroché, mais là j’ai nettement préféré son book en exposition aux tableaux un peu trop sombres à mon goût. Quant aux photos, il n’y avait pas de légende, mais il n’y avait qu’à demander …

Après une matinée bien remplie, je suis rapidement passée au Monument de la Renaissance voir l’expo photo de  Normand BLOIN qui se déroulait dans le cadre de la Francophonie. Ben pas de bol car bien que j’aie questionné en bas et qu’on m’ait confirmé que l’expo était toujours ouverte, c’est 189 marches plus tard qu’on m’a informé que le photographe avait tout plié et tout remporté une heure avant. GRRRRRR

 

Au final je suis rentrée globalement désappointée, déçue par ce que j'ai vu, moins emballée que l'année dernière où je m'étais régalée. Mais je n'ai pas tout vu. Et il est encore possible de rattraper tout ça avec les expos de Aissa Dione que je n'ai pas eu le temps de passer voir, celles de Ker Thiossane et de l’Onomo qui commencent en fin de semaine, et ça, ça promet !!

 

Si vous avez le temps, une dernière expo photo présentée par la Délégation Wallonie-Bruxelles sur l'île de Gorée se déroule à l'Hôtel de Ville. Très colorée, mixant portraits, scènes de vie et paysages, Jean-Dominique BURTON nous a enchantés !



02/12/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 830 autres membres