Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

L'homme qui dit non aux plastiques

L’homme est jeune et grand, il parle bien français. Quand Pauline m’a proposée de venir faire les photos de son article, je n’ai pas réfléchi, j’ai dit oui. Et je n’y ai plus pensé. Le moment venu, je n’avais pas imaginé le type d’homme qu’il pouvait être, peut-être par manque de temps, ou par manque d’imagination. Il m’arrive bien souvent avant de les rencontrer d’essayer d’imaginer leur aspect. Leur action je la connais le plus souvent. On imagine ce qu’on peut. Quand on connait le pays on peut se dire qu’après tout ça ne doit pas être dur, tous pareils, et même combat. Et pourtant des causes perdues, il y en a au Sénégal.

 

Sa cause à lui, Modou FALL la porte sur lui. Littéralement. L’homme qui dit non aux plastiques souples, c’est lui. Et pour joindre l’acte à la parole, il s’est confectionné un costume sur mesure à base de poches et de verres en plastique. Extravagant, mais la tête bien sur les épaules. Clownesque, certes, mais l’homme parvient ainsi à sensibiliser les gens autour de lui. D’ailleurs c’est bien simple, on l’arrête dans la rue, on lui parle, on le photographie. Il ne passe plus inaperçu maintenant, il défend sa cause directement sur le terrain. Et ça fonctionne, c’est ce qu’il dit. Nous on les voit toujours les plastiques dans la rue, mais il semble y en avoir moins, parfois on lui en apporte même, usagés, ramassés dans la rue. Modou ne se contente pas de prêcher sa foi, il livre, donne, vend des sacs en papier. Une usine implantée ici depuis plusieurs dizaines d’années qui est maintenant incontournable. L’homme s’est fabriqué une petite boutique qu’il pousse devant lui avec des sacs de plusieurs tailles. Une musique de fond sonore instrumentale, et il part la journée entière, passant d’un marché à l’autre pour sensibiliser la population. J’ai vu des jeunes gens venir acheter leur petit sac, des commerçants fiers de montrer des sacs à leur nom, j’ai rencontré des chefs d’entreprise qui l’aident dans son action. Modou FALL s’est fait connaître grâce à son excentricité, celle qui l’incite à revêtir jour après jour ce costume qui lui colle à la peau.

 

J’ai découvert une autre particularité de Modou. Pendant les deux heures que nous l’avons suivi, Modou ne se contente pas de vendre ou de donner des sacs. Il distribue aussi de la petite monnaie aux indigents qu’il croise. Il joue avec les enfants, il parle avec ceux qu’il arrête dans la rue. A travers ses actions, il en profite pour parler de son combat. Astucieux, il va au devant de la jeunesse pour lui expliquer. Les bons gestes on les acquière quand on est jeune.

 

Un homme charismatique, aussi doux que son nom, certainement très pugnace aussi, Modou est de ces personnes qu’on a du mal à oublier tant il est passionné par ce qu’il fait. Son combat, il le partage aussi à travers l’association qu’il a créé et ses 200 adhérents, Sénégal Propre. Acteur politique, participant de certains meetings, médiatisé, Modou n’a pas la grosse tête, il reste simplement l’homme qu’il est, celui qui dit non aux plastiques.

 

Retrouvez l'article de Pauline Bv sur le site Nouvelles de Dakar

 

 

 

 © N.GUIRONNET



04/02/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 733 autres membres