Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Guyane française, îlot amazonien

Globe reportage
LA GUYANE FRANCAISE
 
 
Modifié le : 29/04/11

15h, aéroport Rochambeau, un jeudi après-midi. Je sors de la salle d’arrivée, et je prends le temps de m’assoir dans le grand hall en verre de cet aérogare moderne et spacieux. J’ai le temps, celui des vacances, celui d’observer, là, à travers les panneaux publicitaires, un grand parking autour duquel de beaux palmiers se balancent au gré du vent. De prime abord, la Guyane ressemble à un grand espace vert, tropical, exotique. Exotique pour la petite française que je suis, qui débarque d’Ethiopie, qui vit au frais toute l’année et qui rêve de chaleur et de plage. Je n’ai pas pris le temps de me renseigner sur le pays, je fais confiance à l’amie qui m’accueille. J’attends de savoir ce qu’elle me propose, et je ne pense pas être déçue. De toutes les façons, il fait beau, le voyage avec AIR France était parfait, confortable et tranquille, et je suis en vacances. En vacances de tout, et du stress surtout. Je ferme les yeux rapidement, mes enfants sont avec leur père, il est 19h à Addis-Abeba, ce voyage avec moi-même débute.
Et déjà, au bord de la longue route bitumée ceinte d’arbres divers, de petits panneaux aux accents créoles nous plongent dans le bain : carrefour de Califourchon, Canal de la crique fouillée, Crique Yiyi, Trou poisson, Bois-canon, le bain à remous d'une mer dangereuse, de prime abord peu abordable.
On arrive, on s'installe, on observe, et on se fait attaquer par des insectes aux noms tout aussi étranges (poux d'agoutis, nyanya) ou particulièrement familiers (moustiques), véritablement féroces ! Sur la varangue, ti-punch et pistaches nous aident à divaguer, la chaleur monte et une bise légère, heureusement, équilibre les ardeurs !
Le sang bout, notamment pendant le carnaval, alors que touloulous et tololos électrisent l'atmosphère, de danses érotiques et cache-caches amoureux, aie, aie, aie, caramba !
Un petit sentier, deux petits sentiers et plusieurs chemins de randonnées, il y a de quoi faire en Guyane, et pas qu’un peu ! Tout est vert, partout, même en ville ! Un petit bout de France dans une jungle dense et émeraude couleur amazonie, mystérieuse, étouffante par bien des aspects, à 7100 Kms de Paris. Matoutou ou mygale velue au pied d'un banc, aras de lumière, ibis fuyants, frustration d'une observation lointaine et en même temps, frissons face à cette immensité, et à l'intemporalité d'une nature figée, bien que menacée.
La Guyane-nature, la Guyane-aventure, la Guyane française, où l'on touche du doigt un mythe vivant, celui de l'Amazonie, à quelques heures d'avion de la métropole.
Celui où "créolisation" et "métissage des cultures" se mélangent, où tout un vocable étrange, palpitant, sensuel, chaleureux, se parle au quotidien, où l'histoire rejoint demain, où batîments anciens cotoîent art moderne, apportant pour certains la frustration d'un Etat semi-protecteur, mécène, fuyant ses responsabilités les plus lourdes, engendrées par une mixité lourde, difficile à concilier en termes social et politique. Tags colorés, cases en tôle, sculptures et fontaines, Cayenne est loin de se qu'on pouvait imaginer, et d'ailleurs, comment imaginer un tel lieu ?
Ici, les rues ont des noms, la ville a une carte, voire plusieurs, et un office de tourisme. Ici les boutiques ont des horaires bien français, avec peut-être quelques différences (on reprend à 16h). Ici, il y a des sens interdits, des voies uniques, des files d'attente au pied de certaines administrations, des épiceries ouvertes jusqu'à pas d'heure.
 

Donc, voilà, départ dans quelques heures. Dernier coup de speed au moment de faire la valise qui a, il me semble, beaucoup gonflé en Guyane (à l'image de son porteur d'ailleurs !) : quelques ramboutans, un piranha séché,  quelques tee-shirts et havaïnanas pour les enfants, et des endives !

Bon, évidemment, on en reparle quand j'aurai passé la douane parisienne, avec tout ça, pas gagné !! Heureusement qu'en Ethiopie les formalités sont plus souples à l'arrivée ! Bon, bref, encore quelques heures de transpiration, mes derniers nems aussi, mes dernières piqûres de moustiques (pourvu que je n’attrape pas la dengue !)  !

Pour remercier mes amis, j'ai décidé de leur offrir un coffret GUYA CADEAU. Voilà, tout est prêt .... 

En tout cas ça y est, j'ai survécu aux marais, au Brésil, aux moustiques, au carbet, à ma première nuit en hamac, et j'en passe ! Retour à la civilisation depuis deux heures, j'hallucine, certaines parties de la Guyane sont vraiment à part, c'est rien de le dire ! Et ce soir, ce n'est pas terminé, Mr Environnement m'emmène sur la plage assister à la ponte des tortues Luth, pleine lune propice à leur observation, on ne va pas s'ennuyer !

Donc, pour les premières info il faudra attendre mardi, ou mercredi, parce qu'il faut récupérer, et compter deux jours de voyage pour rentrer en Ethiopie, donc pas internet, bref, j'entame mon retour ! Plus qu'une journée en Guyane, Mme Culture va pouvoir se reposer !!


Un pas hors de la chambre climatisée, et c'est reparti : ma peau est moite, mouillée, je dégouline après le troisième pas, je brille de transpiration ! Il fait chaud, très chaud, et seul le petit vent sur la varangue permet d'apaiser cette impression de lourdeur que j'ai à peine réveillée ! Mais là, 'poux d'agouti et moustiques commencent à m'agresser, mes oreilles sifflent ! Désormais, je porte des chaussettes et des pantalons, mais il fait tellement chaud que j'étouffe ! Jamais on ne croira que j’ai passé 20 ans en Côte d’Ivoire et 5 ans à Mayotte : je crois que la chaleur s'oublie ! Je lève les bras à longueur de journée pour sécher mes aisselles, j’allume la climatisation dans la voiture en prenant bien soin de ne pas me brûler à l'acier de la boucle, j’ouvre grand les fenêtres pour ne pas respirer l'air chaud et je dirige les aérations pour un résultat optimum ! Cheveux attachés à longueur de journée et épaules dégagées, mais malgré ça, je me liquéfie.

Bienvenue en Guyane : 29°C minimum, 100% d’humidité ! Premières grosse pluies de la saison d’ailleurs, mer marronnasse dans laquelle les fleuves amazoniens se jettent, sentiers pédestres à profusion et nuits en ‘carbet’ amérindien pour profiter de la nature, voici en quelques lignes une présentation très sommaire de la Guyane française où résideraient une peu plus de 230 000 personnes.

Monsieur Environnement et Mme Culture font chambre d'hôtes pour 10 jours ! Le premier est comme moi passionné par la photo, mais surtout celle des animaux ; la seconde passe son temps à nous attendre, la pauvre ! Culture et Environnement, on ne peut être mieux placé pour découvrir en images et  en paroles ce beau territoire Français.

 

Une soirée dans le Marais de Kaw

Le rendez-vous à l’embarcadère est à 17h. Il faut environ 1 heure et demie de Cayenne pour s’y rendre. La route des Marais est une voie sans issue passant par Roura. Un espace y est aménagé pour admirer le panorama. On peut aussi s’arrêter aux chutes de Fourgassié, et visiter un site réputé pour ses pierres gravées. La large et longue pirogue confortable nous embarque puis nous promène pendant une heure et demie dans les marais pour y observer divers oiseaux au soleil couchant. La péniche, amarrée, au confort sommaire mais suffisant, propose une plate-forme aménagée aux hamacs tendus et lits à moustiquaires, ainsi que quelques chambres. WC et douches (eau froide) en commun. Un groupe électrogène assure une lumière discrète : entre autres équipements, une cuisine ouverte, un coin apéritif et repas, un ponton flottant. Après un dîner simple et bon, la prestation inclut une excursion d’une heure le soir (pleine lune) pour découvrir les caïmans, à la fraîche. Très agréable, le guide, particulièrement agile, recherche et attrape des « morceaux » de petits caïmans rouges, noirs (les plus rares – protégés) ou à lunettes (les plus fréquents) au bruit des petites lampes torches à manivelle ! Un petit conseil : la meilleure place pour observer les caïmans se situe à l’avant. Un bon pull est nécessaire, alors que le produit anti-moustique ne l’est pas forcément ! Après une nuit plutôt musclée pour les non-habitués (cris des singes et grenouilles, chuchotements et discussions, ronflements inopportuns, balancement du hamac), et malgré tout une sérénité imposante, on a l’impression d’être seul au monde. L’apaisement d’un joli lever de soleil sur les marais, le petit-déjeuner réunit tout le monde autour de la table à 7h pour un départ à 8h. Le retour est plus rapide, au gué des reflets des nuages dans l’eau et des colonies d’oiseaux. Arrivée au point de rendez-vous vers 9h.

 

Expédition au Brésil

 

Exceptionnellement, nous continuons notre ‘périple’ et prenons à Roura la direction de St-Georges (route de Cacao). Il faut compter environ 3 heures de route depuis Cayenne. Un arrêt à Regina (117 Kms de Cayenne) permet de découvrir le petit écomusée municipal d’Approuague-Kaw (1,50 € à 3 €/pers. // emak@mairie-regina.fr // ouvert le mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 9h30 à 17h30), puis de déjeuner rapidement (essayez le Rest. Du Fleuve – buffet, prix au Kg !) avant de rejoindre St-Georges (contrôle douanier et frontalier) et de passer sur la rive brésilienne grâce aux taxi-bateaux brésiliens (5 €/pers. le transfert). De l’Oyapoch (fleuve), vue sur les deux berges à la magnifique mangrove, sur le très beau pont en construction reliant les deux pays, puis arrivée sur la plage du Chacara du Rona, un petit hôtel ne payant pas de mine mais qui propose des nuits en carbet/sanitaires privés (eau froide) peu onéreuses, ainsi que des chambres ! Après installation rapide (possibilité de louer le matériel pour la nuit), monter rapidement dans la petite ville-dortoir au poste de police pour s’enregistrer. Pas de visa mais tampon obligatoire aussi le jour du départ. La ville en elle-même a très peu d’intérêt, si ce n’est l’achat de saucisses « calabrèses » (interdites à l’importation en Guyane mais super bonnes !), de maïs grillé, et de jus de cupuaçu (importation de végétaux tolérée en Guyane, et franchise de 300 €). A l’hôtel, un petit coin ‘Havaïnas’ propose les célèbres tongs pour un prix très raisonnable. Particulièrement fréquenté par les français, cet hôtel propose une cuisine savoureuse bien que grasse. Alors que les aras se querellent dans les arbres, un mignon petit paresseux se laisse approcher. En vrac : nuit plutôt fraîche, la proximité du village induit un peu de bruit, surtout le week-end. Propreté douteuse des wc. Baignade dans le fleuve autorisée. Possibilité de pêcher ou de faire du kayak.

Réservation par @ : rona16@uol.com.br ou www.oiapoc.com // OIAPOQUE – AMAPA – AMAZONIA – BRESIL.

- carbet-hamac – 42 RS avec location de hamac, 38 RS sans // Petit-déjeuner inclus

- chambre – 60 RS/1 pers., 85 RS/2 pers., 38 RS/pers. supp. // Petit-déjeuner inclus

Carte à prix corrects.

Pour passer au brésil, ne pas oublier le passeport, le carnet de vaccination (fièvre jaune), et le hamac-moustiquaire !

 

Ponte des tortues Luth

 

D’avril à juillet, les tortues viennent pondre sur les plages guyanaises. Plusieurs espèces pour différentes périodes sont réparties sur ces quelques mois : tortues Luth, olivâtres ou vertes ; elles sont étroitement surveillées et protégées du braconnage par une association. L’ivresse d’une soirée sur une plage large et longue, aux lumières de la ville et de la pleine lune, et l’inimaginable sensation de liberté et d’oubli quant on participe à ce moment unique. Pique-nique au clair de lune, accompagnement individuel des tortues, observation de la ponte et retour à la mer. De 21h à minuit, de larges trainées de sable marquent le passage de ces poids-lourds de la mer.


Informations pratiques
 
Partir en Guyane
Depuis l’Ethiopie : évidemment, le trajet est plutôt long et onéreux. Cependant, si vous avez des miles à dépenser, c’est le moment de les utiliser ! Le vol ETHIOPIAN AIRLINES a l’avantage d’être de nuit et direct mais il arrive à 7h à Roissy, il faudra donc effectuer le transfert vers Orly. Et là le temps est un peu juste compte tenu des embouteillages sur la rocade pour atteindre le vol d’AIR FRANCE sur Cayenne (enregistrement une heure avant).
Depuis Paris, les vols pour Cayenne partent de l’aéroport d’Orly. En période promotionnelle AIR FRANCE, compter 15 000 miles par trajet (soit 30 000 l’aller-retour) + environ 315 euros de taxes, ou un peu moins de 1 000 euros le billet aller-retour. Départ à 10h45 (vol AF 3508), arrivée 14h40 heure locale (-5h par rapport à Paris). Vol tous les jours, confortable, service impeccable, 2x23 Kgs, je suis bluffée ! Le vol retour part à 17h50 (vol AF 3507) et arrive à Paris le lendemain à 7h20.
Sinon la compagnie AIR CARAIBES (www.aircaraibes.com) propose également le transfert depuis Paris, à raison de trois connexions par semaine (à vérifier), mais si c’est moins cher, on constate aussi malheureusement de nombreux retards.
Sur place : la compagnie AIR GUYANE propose quelques vols intérieurs : www.airguyane.com ou 0594.350.300
Aéroport de Rochambeau : situé en périphérie de Cayenne, à environ 17 Kms, avec un service de navettes : 7 liaisons par jour, env. 3,5 euros. Départs de l’aéroport à 6h30, 8h30, 11h, 13h, 15h et 17h50. Départs de Cayenne : 1h plus tard. Sinon, taxi individuel, mais c‘est bien plus cher. Pratique : 2 magasins de souvenirs + presse. Possibilité d'acheter une poche plastique pour y mettre les affaires de toilette (- 100ml) à 0.30 euro.
 
Se déplacer à Cayenne
Avec le bus : 5 lignes de 6h à 19h toutes les 30 min. du lundi au vendredi. Le samedi : uniquement jusqu’à 13h. Achat du billet dans le bus (1,10 euros). Forfaits : se renseigner.
Guides touristiques (un peu de lecture avant le départ, ou comme moi, à défaut, dans l’avion !)
Guide GUYANE : tourisme, cultures, nature et randonnées / 2010-2012 – Philippe BORE
Lonely Planet

Activités au départ de KOUROU
  • Visite des Iles du Salutdes îlots endémiques qui ont connu l’enfer » - le Bagne en Guyane) à 14 Kms au large, en catamaran : plusieurs prestataires proposent cette expédition d’une journée : embarquement à 7h45 au ponton des pêcheurs de Kourou, navigation d’environ 1h30 aller (+ retour). Tour des trois îles, mais seules deux îles se visitent. L’ïle du Diable, qui accueillit Dreyfus de 1895 à 1899, ne se visite pas. Débarquement sur Saint-Joseph et Royale (visite libre, pique-nique). Boissons offertes à bord. Départ 16h pour un retour vers 17h30. Horaires pouvant être modifiés selon la saison. Compter env. 47,50 euros.
La Hulotte : www.lahulotte-guyane.fr // lahulotte@terresdeguyane.fr // 0594.32.33.81
L’Albatros : nicoudmarc@free.fr // ou 0694.26.39.54
Tropic Alizés : tropic.alizes@wanadoo.fr // 0594.25.10.10
Navette : capacité de 99 personnes, 39 euros/pers., 1h de trajet.7h50 : aller, 17h : retour. Rajouter 5 euros pour rejoindre Royale-St Joseph. Ne fonctionne pas en ce moment. Appeler avant : 0594.32.11.00 ou sothis2@wanadoo.fr
Possibilité de réserver et payer ses billets d’accès à bord à Cayenne.
Parcours pédestre de 4 Kms, chambres (bungalow ou climatisé) et restaurant (L’Auberge des Iles). Musée gratuit. Visite guidée payante de Royale le matin. Camping gratuit. Baignade possible dans « la piscine des bagnards ».
Domaine du CNES, les îles ne sont pas accessibles le jour et la veille du lancement de la fusée Ariane. Informations : guyane@conservatoire-du-littoral.fr
  • Roches gravées de la Carapa
  • Centre spatial : visite sur réservation : visites.csg@wanadoo.fr // 0594.32.61.23 + Musée de l’Espace // Possibilité d’assister à un lancement : CSG-Accueil@cnes.fr ou 0594.33.42.00 – En savoir plus : www.cnes.fr
  • Espace culturel de KALAWACHI : « a pour vocation de faire connaître la culture et les traditions des amérindiens ». Carbet-expo. Propose location de carbet et hamac ! Bon accueil, 5 euros /pers – 3 euros / enfant. En venant de Cayenne, au rond-point de l’entrée de Kourou, prendre à gauche. A quelques centaines de mètres, un panneau indique l’espace culturel sur la gauche (piste de 600 m). Ouvert du mercredi au dimanche de 9H30 à 12h et de 14h30 à 19h – centrekalawachi@orange.fr
Réserves naturelles en Guyane
  • La Réserve Naturelle des Marais de Kaw Roura : le canal Roy, creusé fin du XVIII ième siècle, offre sur 7 Kms : la traversée d’une grande diversité de paysages, la liaison entre KAW et l’Approuague, un circuit pêche (royaume des Baby Tarpons ou Palikas). A bord du Kawka (bateau à deux ponts couverts, équipé en solaire, à propulsion hybride électrique et thermique, vue exceptionnelle sur les savanes et observation optimisée de la faune et notamment des Ibis. Hébergement mobile et silencieux (hamac ou lit). RDV vers 15h au débarcadère de Kaw, si ½ j. retour vers 18h00. Sinon, nuit à bord. Compter 69 à 198 euros/pers. Selon la formule choisie. A voir également : le village de KAW + la Maison de la réserve - NB : Ecomusée à Regina // Il est interdit de prendre des photos des habitants de Kaw.
Se rendre à Kaw : direction Califourchon puis RN2 vers Regina pendant 4,5 Kms. Au carrefour de Stoupan prendre à gauche vers Roura et traverser Mahury. A Roura, continuer tout droit jusqu’à la cabine téléphonique puis tourner à gauche. Aller au bout, tourner à droite vers Kaw : il reste 50 Kms de route goudronnée. La route s’arrête au Marais.
Nécessaire de sortie : vêtements en coton, imperméable, chapeau, crème solaire, lunettes, affaires de toilette, serviette et maillot, chaussures ne craignant pas l’eau, pharmacie, vêtement sombre pour la nuit, survêtement pour la nuit, chaussettes, répulsif moustiques, lampe de poche, appareil photo et jumelles.
 
- La Réserve de l’Ile du Grand Connétable
- La Réserve Naturelle des Nouragues
- La Réserve Naturelle de la Trinité
- La réserve Naturelle de l’Amana
- La Réserve Naturelle du Mont Grand Matoury
- La Réserve Naturelle Régionale Trésor
Excursions ‘nature’ (d’après le guide touristique)
  • Cayenne : le fort Diamant, le marché (et ses halles), jardin botanique, le vieux port, la place des Palmistes, le fort Cépérou, la Poudrière, les fontaines, la cathédrale, les musées, les maisons créoles
  • Cacao : excursion en pirogue, baignade sur banc de sable et village amérindien de Wayam (avec une agence) // ou par la route, tout simplement ! L’embranchement pour la ville se trouve à env. 63 Kms de Cayenne. Route excellente entièrement arborée sillonnant les collines embrumées ! Faire une halte au marché pour y acheter fruits, fleurs, artisanat laotien, colliers en graines et nourriture asiatique. En profiter pour y manger une soupe, des nems, etc. On peut également monter jusqu’à l’église. Avec un peu de chance vous pourrez y observer une mygale toute poilue comme cela m’est arrivé, se reposant tranquillement au pied d’un banc à l’intérieur de l’église ! Quelques restaurants sur place et un carbet destiné aux cérémonies, notamment la fête du Têt (Nouvel an asiatique). Musée des insectes (Le planeur bleu).
  • Cascade de Fougassier ou rivière la Comté
  • Location de canoës
  • Saut Athanase et Cisame : ‘jungle lodges’ proposant une découverte complète du fleuve et de la forêt amazonienne : cascade Angele, Saut grand Machicou, Saut Grand Canori
  • Oyapock : porte du Brésil
  • Cariacou
  • Canopée : nuit en carbet arboricole et découverte des oiseaux
  • Survol de la Canopée : contacter les aéroclubs
  • Montée ou descente du Maroni
  • Saint-Laurent du Maroni : chutes Voltaire, baignade et ornithologie à Chilibombo, la forêt de St Jean (pins caraïbes), visite de ville …
  • Séjour sur l’Inini et Tolenga : initiation à l’orpaillage, village amérindien, forêt et fleuve amazonien …
  • Saut Maripa ou Oyapock : week-end aux portes du Brésil
  • Auto tour
  • Location de bateau, de canoë
  • Observation des animaux : tortues marines, caïmans, ibis rouge et vert, flamants, spatules rosées, cigognes, canards, rapaces, mouettes, sternes, goélands, aras, cormorans, tatou, agouti, pécari, fourmiliers ou tamanoirs, atèles, saki, douroucouli, jaguar, puma, ocelot, chat margy, jaguarondi, cerf des palétuviers, loutres, lamantins, dauphins, renard des savanes, sarigue d’eau, raton crabier, toucan, gecko, mygales (‘matoutou’), cariacou, anaconda, piranha, iguane, paresseux, etc… !
  • La mangrove
  • Zoo de Guyane : dans la commune de Macouria, 9h30-17h30 du mercredi au dimanche. 15 euros/adl, 9 euros/enf (3-12 ans) + parcours acrobatique dans les arbres 5 euros. www.zoodeguyane.com
  • Découverte des amérindiens
  • L’Ilet la mère (tour de l’île en 1h30 pour 3,5 Kms) et le Grand connétable
  • Circuler et découvrir sentiers pédestres, historiques, criques : Sinnamary, Iracoubo, Saül, St Georges, Roura (chutes de Fourgassié, maisons créoles, La Crique Gabriel et les Morphos, papillons légendaires aux ailes bleues fluorescentes), Matoury, Rémire-Montjoly (route des plages), Maripasoula ("le bout du bout de la Guyane" - pas de route menant vers ou sortant de Maripasoula !)
  • Dormir en ‘carbet’ (sous appatames dans hamacs)
  • Le Carnaval : du premier samedi après l’Epiphanie au Mercredi des Cendres, il dure plusieurs semaines. Possibilité de prendre des cours de danse pour se préparer au festival. Tout un vocable à maîtriser également, ainsi que des lieux bien spécifiques.

Les achats
Sculpture sur bois et calebasse : au marché, ou dans les boutiques de souvenir, ou en bord de route !
Vannerie : éventail à feu (« walwari »), chapeau traditionnel (« katouri »), panier …
Poterie amérindienne
Robes créoles, tee-shirts souvenirs, etc.
Epices et rhum
Insectes
Bijoux divers

Agences de voyages nombreuses, mais en voici une de sûre :
JAL VOYAGES (Ecotourisme Amazonien
Takari tours (‘La Guyane autrement’), Couleurs Amazone, Havas voyages
La Compagnie des guides de Guyane : www.guides-guyane.com // 0594.38.49.07
Préparer son voyage
Passeport ou carte nationale d’identité pour les français. Vaccin contre la fièvre jaune obligatoire. Traitement antipaludéen conseillé. Décalage horaire : -5h par rapport à la France (en été), -4h (en hiver). Evitez d’utiliser votre puce téléphonique de métropole, vous paierez plus cher : mieux vaut investir dans un nouveau numéro + carte prépayée.
Climat : saison sèche de mi-juillet à décembre, saison humide de décembre à mi-juillet avec températures plus douces.
Pour les randonneurs, hamac coton, moustiquaire tissu, gourde et sandalettes à velcro sont particulièrement conseillés.
Alimentaire : supermarchés et marchés de producteurs. Attention prix élevés.
Laveries automatiques en ville.
Sur place : consulat du Brésil, du Suriname et d’Haïti.
Nombreuses association nature, administration française présente, médiathèques.
Banques / Distributeurs automatiques : nombreux à Cayenne, sans doute beaucoup moins dans l’intérieur du pays ! Certaines boutiques acceptent les chèques français hors place. Paiement VISA partout en ville également. Attention, il est préférable d’avoir de l’argent sur soi quand on sort de Cayenne, car sur la route les petits carbets artisanaux n’acceptent que l’argent liquide.
Quelques cybercafés.
Location de voiture : ADA, HERTZ, EUROP CAR et autres loueurs sont présents.

Divers
GUYA Cadeau / Chèque cadeau de Guyane : sports et loisirs, nature et sensations, beauté et bien-être, beauté prestige, carnaval en folie : www.guyacadeau.fr // Coffret en vente chez Casino et Super U
Une bonne librairie à Cayenne : La Cas’a bulles : 0594.28.26.05
Sites internet à consulter : www.blada.com // www.97320.com // et plein d’autres !!
Boutique RACINES à Kourou : mode et artisanat d’Afrique, provenance Côte d’Ivoire ! racines973@orange.fr // 41, av. de Gaulle – 97310 Kourou
Boutique KEUR DE WAX : idem mais dans la zone commerciale de Cayenne.
Souvenirs de Guyane : 29, rue Lalouette
LKareman : pour les résidents à Guyane, vêtements dont DESIGUAL + accessoires de mode : 21, rue du 14 juillet
Le musée du n’importe koi : 23, rue Lt Goinet : boutique brocante cadeaux plutôt intéressant !
Musique : Alexandre RENAUDIER et Fernand DEROUSSEN : « Chants d’oiseaux de Guyane »
 
Les insolites // expériences inédites
Une mygale à l’église !
Manger une soupe chinoise au marché ! Quelques prix : soupe spéciale 4 viandes à 6 euros, nems à 3,50 euros, jus de maracuja à 2 euros …
Tour de ville : quartier brésilien, bidonville en tôle ...

Cuisine guyanaise
Recettes issues du guide LA GUYANE GOURMANDE – Edité chez Orphie
En fait, on trouve une grande mixité de restaurants à Cayenne : créole, brésilien, asiatique, italien, français, international (marocain, africain).
Deux bonnes adresses à Cayenne :
- LA PETITE MAISON : ingrédients locaux, chic et super cadre, bonne adresse
- LE BANANIER : plats guyanais, traiteur également, un peu long le midi
Les deux premières recettes ci-dessous ont été goûtées et appréciées.
A déguster sur place
Poulet ou poisson de Guyane (atipa), frais, fumé ou boucané !
Des glaces aux goûts exotiques telles que WASSAY (éq. local du chocolat), coco-gingembre, banane flambée, coco-cho (pimentée), la cerise des Antilles (ou cerise pays) … : une bonne adresse chez JO LE GLACIER, réputé sur la place (compter 3, 5, 7 et 8 euros pour 1, 2, 3 ou 4 boules) !
Les fruits et légumes du marché : le COMOU, l’AWARA (notamment à Pâques, en bouillon), le CUPUACU, le concombre piquant, corossol, papaye et ananas … Les commerçants se feront un plaisir de vous expliquer comment cuisiner toutes ces variétés étranges, et les guyanais aussi. On parle avec plaisir et gourmandise au marché, lieu de rencontres et d’échanges gustatifs !
Les fruits sauvages tels que le MOMBA (fruit de palmier)

RECETTE 1
 
Le KALOU
Préparation : 30 min. // Cuisson : 60 min.
 
Ingrédients
500 gr de kalou (gombos) + 1,5 Kg d’épinards
2 queues de porc
100 gr de lard fumé + 100 gr de crevettes +400 gr de poulet fumé + 400 gr de poulet boucané + 200 gr de poisson fumé + 200 gr de poisson boucané
1 oignon + 3 gousses d’ail + 3 feuilles de laurier + sel, poivre, piments doux, persil, 3 c.s d’huile
Découper les ingrédients. Emincer l’oignon, l’ail, le persil et le piment doux.
Faire tremper les kalous 2 heures dans 4 litres d’eau qui serviront à toutes les cuissons.
Faire mariner 20 min. les crevettes dans du jus de citron salé et poivré additionné d’ail.
Faire rissoler les queues dans l’huile. Ajouter l’eau épaisse du kalou et laisser mijoter pendant 30 min.
Ajouter l’ail et laisser bouillir 10 min. Ajouter le kalou + les épinards, laisser bouillir 20 min. et rajouter les crevettes, poisson et poulet boucanés. Vérifier l’assaisonnement et laisser mijoter 20 min.

RECETTE 2

Le COLOMBO DE PORC
Préparation : 45 min. // Cuisson : 1h30
Ingrédients
Marinade : vinaigre, ail, oignon, poivre et piment, thym et laurier + huile
1 Kg de porc
250 gr d’aubergines + 250 gr d’haricots verts + 250 gr de concombres piquants + 4 pommes de terre + 1 mangue verte
Poudre de curry + huile
Couper la viande de porc en morceaux et la mettre à macérer 1 heure dans la marinade.
Faire chauffer l’huile dans une cocotte et faire revenir le porc.
Ajouter les légumes lavés et la mangue (ou du jus de citron). Ajouter le curry. Cuire à couvert jusqu'à ce que les légumes soient fondants. Servir avec du riz.

+ LA SOUPE D'AVOCATS : voir the KITCHEN CORNER ! Le petit coin des gourmandises !
 
Autres recettes : sauce chien, sauce maracuja, kalawangue (salade de mangue), accras de légumes, avocats au poisson boucané, fricassée de cochon bois, bouillon d’awara, crevettes farcies, tit’gueule au vert, blaff de crevettes, pimentade de requin, pimentade d’attipas au lait de coco, concombres sautés, crevettes caraïbes, maïpouri au poivre vert, tarte au maracuja, galette créole et cocktails de maracuja et caïpirinha
NB : pour les fruits et légumes, certains ont été pris en photos et seront présentés dans la rubrique Photos.


14/04/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 800 autres membres