Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Cette semaine à Dakar

Alors là on peut dire qu'on est vernis ! Du choix, de la variété et de la qualité, des expositions qui vous feront voyager, que demander de plus ?

En matière d'art, je ne sais pas être objective, notre sensibilité est tellement différente, mais quand même, disons que certains artistes ont le don de fédérer tout le monde ! Je me suis dévouée pour vous (et surtout pour moi il faut bien le dire !), les vernissages ce n'est pas ce qu'il y a de plus dur (des bretzels, du vin et des conversations intéressantes bien que papillonantes) et voici un petit tour d'horizon des expos du moment.

Où avec les mots les plus justes possibles j'essaie de vous décrire ce que j'y ai vu  pour, je l'espère, vous donner envie d'aller voir tous ces artistes qui se mettent à nu rien que pour vous !

Profitez-en, ce n'est pas tous les jours qu'on a autant de possibilités de rêver !


 

On avait évoqué le passage d’Alexis PESKINE à Dakar, et bien ça y est, vous pouvez maintenant aller voir l’exposition qu’il nous a préparé ici à la Galerie Le Manège où il est en résidence. Ceux qui sont passé à la Cour de Cassation pendant la biennale cette année retrouveront une partie de ce qui y était déjà exposé. Néanmoins, vous pourrez aussi y admirer de belles œuvres magistrales montées sur place. La technique bien particulière d’Alexis vaut le déplacement : juste en ajustant la profondeur, Alexis donne du relief grâce aux clous et dessine la lumière !

Le thème retenu par l’artiste n’est pas sans rappeler les tristes évènements des dernières années en matière d’immigration, un sujet qu’Alexis a défendu lors du vernissage – Exposition multi-matériaux

« Raft of Medusa : le retour de la vague » est à voir jusqu’au 31 janvier 2017.

Institut Français – Galerie Le Manège – 3, rue Parchappe

Entrée libre – du lundi au samedi de 11h à 19h // 33.822.90.54

 

 

14656274_1071709872924805_2568377711095895559_n.jpg

 


Encore une fois la Galerie Arte nous surprend avec l'exposition de Fally Sene Sow.

Avec "Premier séjour à Saint-Louis" (sous-verres, peinture et collages), l'artiste présente son travail réalisé en résidence et dans lequel le quartier des pêcheurs (Guet Ndar) est très présent. Utilisant toutes sortes de matériaux, et se jouant des perspectives, l'artiste réunit dans chaque oeuvre tout ce qui fait la vie à Saint-Louis. Mon petit coup de coeur (en + d'Alexis Peskine bien sûr !).

A voir du 14 octobre au 12 novembre 2016, et en présence de l'artiste les 14 et 15 octobre de 11h à 13h et de 15h à 19h.

Immeuble Lahad Mbacké, Ave Abdoulaye Fadiga // 33.821.95.56
arte@orange.sn //
Facebook

 

 

14731266_1246060668769541_2483779348736934601_n.jpg

14725587_10154931751399415_7919750936959428826_n.jpg

 


Depuis le 11 octobre, vous pouvez admirer à la Galerie Nationale une nouvelle exposition "orchestrée" par Wagane GUEYE.

Je préfère me poser en néophyte dans le domaine et sans vous en dire plus je vous invite donc à aller admirer les jolies peintures des 33 artistes issus du quartier de la Médina présentés ici.

Sculpture, graff sur toile de jute, sable, peinture, et collages de calebasse, autant de matières travaillées par les artistes sénégalais. Pour ma part j'y ai découvert (et redécouvert) le travail de Mansour Ciss K., Samba Fall et Ismaila Manga. Et celui de Docta que je connais un peu pour l'avoir suivi pendant les Festigraffs - un article à lire sur l'exposition

 

Galerie Nationale - Rue Hassan II (Plateau juste en bas du supermarché Casino) au Plateau

Jusqu'au 31 octobre 2016  - entrée libre - site

 

14457283_184550528618578_6355606603166116654_n.jpg


A noter également, le photographe Emmanuel GABILY est en résidence à l’Atelier DkR du 13 au 23 octobre 2016 avec une rencontre particulière le 22 octobre 2016 pendant laquelle il restituera son travail. Pour l’occasion, si vous passez découvrir son travail il vous proposera peut-être de poser pour lui ! On en parlera la semaine prochaine c'est sûr !

« Ñuul ak weex »

L’Atelier DkR – Ouakam, cité Assemblée - villa 231 // concrètement, en venant des Mamelles (route de Nouvelles Frontières) vous poursuivez la route jusqu'à Ouakam, passez devant le terminus de bus que vous laissez à gauche et remontez la rue jusqu'en haut. pratiquement avant d'arriver au virage, tournez à droite il y a une pharmacie, ROKYA. La maison se trouve à une vingtaine de mètres à droite. La sonnette ne fonctionne pas, le mieux c'est de les appeler avant ! 77.154.34.70 ou 77.695.76.79 et sur Facebook // latelier.dkr@gmail.com

 

 

 

 De nouvelles photos dans la Galerie


 Et toujours à voir si ce n'est pas déjà fait :

 

Au Musée Théodore Monod se tient à l'étage, au-dessus de l'exposition principale, "Texte-Styles : étoffes, graphisme et société" dont je vous laisse apprécier la présentation du Conservateur du musée :

L’exposition Texte-styles : étoffes, graphisme et société présente une infime partie de la riche collection du musée Théodore Monod d’art africain, qui est le témoin de plusieurs années de collecte et de conservation, sous la houlette des chercheurs de l’IFAN/Cheikh Anta Diop.
Loin d’être de simples atours, de signes de richesse et de pouvoir, les textiles proclament la haute technicité du savoir-faire des sociétés africaines. Ils sont les indicateurs du raffinement des goûts esthétiques et confirment la maitrise de l’alchimie des matériaux. Cette habileté a évolué au fil de l’histoire, à telle enseigne qu’il aurait été incomplet d’exposer les textiles sans donner à voir la pratique industrielle et l’ingéniosité plastique de nos artistes contemporains. Le dialogue entre patrimoine et création s’imposait donc de fait.
Texte-styles est un jeu de mot qui fait allusion aux entrelacs stylés des textiles. « Texte veut dire Tissu » nous rappelle Roland Barthes. Il y a dans l’idée de texte, comme une métaphore qui nous ramène irrésistiblement à l’idée de tissage. Le textile est un réseau inextricable de fils dont les motifs sont des partitions d’intimité, d’intérieur de couples ou de corps mis en valeur. A travers les différents chapitres de l’exposition, les textiles montrent et cachent des expressions culturelles et des modes de vie.
L’exposition Texte-styles est réalisée en partenariat avec le musée des Civilisations noires. Les textes de Francine Ndiaye reproduits dans l’espace sont extraits du catalogue Le musée de Dakar : Arts et traditions artisanales en Afrique de l’Ouest, Musée de Dakar-SEPIA, 1994, pp. 165-168.
El Hadji Malick Ndiaye - Conservateur par intérim du musée Théodore Monod d’art africain

 

Oui bon, on imagine bien qu'on va voir de belles étoffes, et c'est tout à fait ça ! On en découvre des dizaines, richement cousues ou pas, on imagine que certaines sont anciennes, d'autres sont clairement plus modernes.

On regrette une chose cependant : peu de textes, et surtout très peu de dates ! Mais il faut y aller, pour le plaisir des yeux !

 

Jusqu'au 29 janvier 2017.

Musée de l'IFAN - A côté de l'Assemblée Nationale au Plateau (place Soweto) - 33.821.40.15 // Facebook // www.ifan.ucad.sn

Fermé le lundi // Ouvert tous les autres jours de 9h30 à 17h // tarifs : résidents 2 000 cfa, enfant 1 000 cfa et non résidents 5 000 cfa.

 

 

ob_b6b66b_expo-29-juillet-au-29-jnavier-musee-s.jpg


"Sur les traces de l'Or bleu, mémoires de l'indigo au Sénégal".

Au Musée de la Femme Henriette Bathily.

Installé en bas de l'esplanade du Monument du Souvenir, ce joli petit musée accueille cette belle exposition sur le célèbre tissu bleu.

Un enchantement ! Les étoffes sont très belles, les explications sont là, on apprend les différents ingrédients nécessaires à la pratique artisanale (et industrielle) et des films très courts finissent de nous montrer la 'culture' de l'indigo en Afrique.

Bien vu : la petite boutique qui accroche notre regard à la sortie.....

 

Jusqu'au 31 janvier 2017.

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h30 - tarif : 1 000 cfa/pers. (500  cfa pour les enfants). Je vous conseille d'arriver un peu plus tard car la mise en route semble être un peu ... longue !

 

 

14468419_1048023985317331_8128134863721749922_o.jpg

 

 


 

La Galerie ARTE (qu'on ne présente plus à Dakar) accueille et expose toujours depuis le 23 septembre dernier deux collections de bijoux de créateurs (pièces uniques inspirées d'Afrique) :  SOBRAL et Création KAMPALA

Sur le compte Facebook de la galerie vous trouverez aussi de belles photos et des explications sur les techniques utilisées pour façonner ces beaux bijoux !

Passez y vite car les expositions sont vraiment temporaires !

 

Galerie Arte - au Plateau - Ouvert du lundi au samedi de 9h à 13h et de 15h à 19h - + (221) 33 821 95 56

 


Dans le cadre de la présentation du livre : "Networking à Dakar" sur lequel elle a collaboré avec l'auteure Magrit Niederhueber, Ina Thiam expose à l'Institut Goethe quelques photos très simplement posées sur le mur.

 

Jusqu'au 19 octobre 2016.

Point-E - 33 869 88 80 // ouvert de 9h à 17h du lundi au jeudi et jusqu'à 13h le vendredi.

 

 

 

 

 



29/09/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 748 autres membres