Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Billet n°17 // Plus de jus ... Orange ? // oct.2016

Et voilà, ce petit jeu de mot est un peu facile mais comme la situation s'y prête, on se le permet ! Quand le principal opérateur téléphonique au Sénégal abuse et abuse encore de ses prérogatives, on peut comprendre le mécontentement général à son égard.

 

Depuis plusieurs semaines, on avait constaté que désormais l'achat de puce téléphonique ne se ferait plus qu'en agence.

Dommage, c'était pourtant bien pratique,  de sortir de l'aéroport avec une puce et du crédit. Allez dire aux gens de passage qu'il faut maintenant aller à l'agence pour identifier une puce qu'on n'utilisera que quelques heures ... Du coup, on peut imaginer toutes ces personnes qui vont se retrouver bien isolées au Sénégal sans contact téléphonique ... il va falloir trouver un système D (heureusement que la teranga sénégalaise n'est pas une légende), et espérer que nos amis locaux sauront dépanner ceux qui en ont besoin.

 

Bref, après ce premier Essai, deuxième information qui enfin (!) filtre dans la presse en ligne : nous avons été informés que pour des raisons "de sécurité" il fallait identifier sa puce téléphonique sous peine de perdre son numéro. Certes. Pourquoi pas. Sauf quand cela pousse des millions de personnes à se ruer dans les agences parce qu'au téléphone ça ne se passe pas comme il faudrait, pour une identification qui au lieu de prendre 5 minutes en prend 30 (faites le calcul c'est monumental ....) :
"Le nombre d'inscriptions maximum est atteint" - voilà ce qu'entendent depuis plusieurs jours les abonnés. Ah oui mais là on va avoir un problème ....

 

 

Ah oui, j'oubliais, vous saviez qu'en plus nous serions dorénavant limités à deux puces/personne ? C'est vrai que certains en abusaient carrément, mais quand même, pour l'avoir expérimenté, l'identification d'un enfant se faisant sur procuration etc il est parfois plus simple de prendre une puce à son nom ... mais quand on en a plusieurs ça devient ... compliqué. D'autant que cela dépend de l'agence parfois qui réclame ou non que l'enfant soit présent.

 

Nous voilà donc arrivés au moment fatidique où Orange a coupé.

Et partout "on s'est réveillé". Des files d'attentes et le même constat où qu'on soit : des journées entières perdues à attendre de passer devant un agent Orange, seul pour des centaines de personnes. J'ai lu aujourd'hui sur Facebook que si certains sont très énervés, d'autres jouent la carte de l'humour, allant jusqu'à demander des jours fériés pour faire la queue, parce que travailler ou aller chez Orange, il va falloir choisir ! Le même "ami Facebook" a d'ailleurs posté sur son mur un lien vers une pétition en ligne, signe que là, maintenant, tout de suite, les abonnés en ont marre.

 

Et si ce n'était que ça ... bug, et rebug, coupures de lignes intempestives,  3G 'malade' qui ne fonctionne pas partout et qui se coupe sans arrêt, comme la connexion internet à la maison d'ailleurs (mes adolescents qui se partagent le réseau pleurent tous les soirs), un sacré sacs de noeuds et une question : faut-il mieux s'énerver sur son téléphone (au risque de la casser) ou passer ses nerfs sur ORANGE et ses employés ? Pour le vivre quotidiennement, je n'ai pas trouvé la solution, je continue de m'énerver sur mon téléphone et de pester contre l'opérateur ...

D'autres ont trouvé la solution : certains se défoulent dans le livre de commentaires laissé à l'accueil de leur agence (je vous invite à aller consulter celui des Almadies), d'autres ont décidé de changer d'opérateur !

 

Attention ORANGE, si tu perds ton jus, on ira 'boire" ailleurs !

 

https://www.change.org/p/consommateurs-pour-que-orange-nous-respecte-enfin

Article SENEWEB

 

Partage d'expériences allez on se déchaine : La lorgnette du margouillat

 



18/10/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 830 autres membres