Une vie en Afrique

Une vie en Afrique

Au moment de quitter l'Ethiopie ...

Avant de quitter l’Ethiopie

 

 

 

26 Juillet 2011 

 

 

 

Comme à chaque fois que nous arrivons dans un pays, les procédures de l’arrivée se répètent plus ou moins au moment du départ, la plupart des expatriés sont rompus au difficile exercice qui consiste à vider une maison en un temps record, à fermer tous les comptes (eau, etc.), à assumer le chaos causé par un départ précipité. Petite check-list(e) d’appoint :

 

-  L’école : récupérer les exeat, la facture des radiations, les copies des bulletins et de l’avis de passage en classe supérieure, les certificats de scolarité, et s’assurer que l’école envoie les dossiers scolaires directement via la valise diplomatique.

 

-  Alliance française : récupérer la caution en rapportant les cartes de bibliothèque et le reçu auprès de l’administration. Relativement rapide si la personne qui s’en occupe est disponible.

 

-  Premier problème : couper l’électricité, l’eau et le téléphone, tâches ardues puisque les factures sont à un ou deux mois d’écart, ce qui rend compliqué les fermetures de comptes. Quand ce sont les sociétés qui payent, passe encore, sinon …

 

-  Un compte en banque : fermeture rapide qui peut se faire dans la journée.

 

-  Changer les dernières devises : Si vous avez des birrs à changer, la seule possibilité est de s’adresser à la banque avec votre billet d’avion, votre carte résident et le passeport. Maximum 2000 euros/pers., sinon selon disponibilité. La DASHEN BANK au Sheraton est très accessible et pratiquement assurée d’avoir régulièrement des devises. Ouverte jusqu’à 23h (coupure entre 19h et 20h, à confirmer cependant). Résidents : normalement, il n'est pas obligatoire d'avoir la carte de résident : si vous l'avez déjà rendue et si vous avez le tampon EXIT VISA sur votre passeport, on accepte encore de vous changer vos etb, dans la limite de 2 000 euros/pers. et toujours sur présentation de votre billet d'avion.

 

-   Le déménagement : demander une attestation de changement de résidence auprès de l’ambassade (elle vous sera remise sur la foi d’une attestation du futur employeur si vous continuez à l’étranger), choisir le transitaire après devis (ne pas hésiter à demander auprès de plusieurs prestataires), mais s’y prendre bien à l’avance car tout le monde part au même moment et la population étrangère à Addis-Abeba est très importante ! Liste inventoriée, quantifiée et chiffrée à remettre ensuite au transitaire qui gère tout et récupère un ‘bank permit’ avant l’envoi du déménagement.

 

-   Vente de la voiture : pas simple, loin de là ! Un intermédiaire peut être utile pour les démarches administratives. Si vous passez par un brooker, il englobera dans son tarif toutes ces prestations. Possibilité de « donner les pouvoirs » à une personne de notre choix pour signer l’acte de vente ! Passer aux Road Authority pour faire enregistrer l’acte de vente. Le futur propriétaire devra payer 2% sur la valeur déclarée sur l’acte de vente (sale agreement) pour faire le changement de carte grise (ici un petit carnet bleu). Pour les diplomates et le personnel en HT, la problématique est différente, et si certaines administrations ont des accords avec le gouvernement éthiopien, d’autres doivent justifier que toute la paperasse liée à la vente de la voiture a bien été réglée sinon le déménagement ne peut quitter le territoire, à condition toutefois que la voiture a été importée avec le déménagement Pour ceux qui l’ont importée séparément, ou achetée sur place, les règles changent encore, il vaut mieux se renseigner ! Ne pas oublier non plus de résilier l’assurance auto !

 

- Assurance : attention au calcul de remboursement (calcul du nombre de jours ou division sur 12 mois pour un contrat de 6 mois), les erreurs sont possibles ! Remboursement : à priori il faut la signature des chefs d’agence, donc cela peut prendre du temps, du moins comme on n’est jamais pressé en Ethiopie il est fort possible qu’on nous demande de revenir le jour suivant ! Evitez les fins de journée et exigez le remboursement immédiat, billet d’avion à l’appui, enfin si vous vous y prenez au dernier moment comme nous (ce qui dépend aussi de la vente de la voiture bien évidemment) ! Enfin, remboursement par chèque pour + 500 etb (ça dépend peut-être de la compagnie d'assurances) donc il faut ensuite aller à la banque ! Et là, attention d’avoir votre ID locale avec vous car cela peut bloquer, même pour une simple différence de prononciation ! Et oui, des surprises jusqu’au bout !

 

-   Le personnel : en Ethiopie, même si le contrat était oral et l’employé pas déclaré (ce qui est très courant ici), il faut cependant obligatoirement verser des indemnités calculées sur le temps passé : un mois complet pour une année, puis 1/3 de salaire pour la deuxième année, puis 1/3 pour la troisième année (ce renseigner pour le reste) + le mois dû + congés payés. Ne pas hésiter à faire signer les employés pour éviter les problèmes au moment du départ. Ces derniers réclament généralement une attestation de travail, laissée à votre libre arbitre.

 

-   Vente des affaires personnelles : à priori pour les personnes en HT elle doit être justifiée. Mais dans l'absolu ... Comme les privés payent les taxes à l’arrivée, pas de problème pour eux au départ.

 

-   Distribuer ce qui reste : auprès des orphelinats, des copains, du personnel. Attention de bien tout répartir avant de partir, sinon le personnel n’hésite pas à piller ce qu’il reste ! Les éthiopiens sont pourtant réputés pour être des personnes honnêtes, mais au moment de quitter le pays, les enjeux n’étant plus les mêmes, certains ne se privent pas. Méfiance donc, ne laissez rien, faîtes tout vous-même, surtout si vous désirez en laisser à des amis à vous. Nous en avons fait l'amère expérience avec du personnel que nous avions deux puis 3 ans, et tout ce que cela entraîne de honte et de tristesse.

 

-   Au bout du bout, rendre les cartes de résident et faire tamponner le passeport du visa de sortiedu pays … Là encore, un intermédiaire peut s’avérer utile, sauf si vous avez le temps, mais à priori il faut une journée (ou moins) !

 

Diplomates // Livret rouge : il est renvoyé au Ministère par le secrétariat pour les diplomates qui ont un visa dans leur passeport : moins de démarches donc mais il vaut mieux confirmer auprès de l'administration.

 

- Normalement, il faut aller au Consulat se désinscrire et rendre les cartes consulaires, mais j'ai un doute sur les achats en HT effectués pendant les vacances entre deux destinations ! Donc, faîtes comme vous le sentez !!!! On peut toujours renvoyer le tout sous pli à l'Ambassade à la fin de l'été !

 

-   Les derniers achats, la course quoi !

 

-   Les adieux, le plus important, car malgré tout, même si on ne pense pas laisser grand monde derrière-soi, on se rend compte au dernier moment qu’il y a toujours des gens simples à remercier pour leur disponibilité, généreuses de leur temps, qui étaient là pour nous le temps qu’on y était : ici le prof de sport qu’on voit trois/semaine depuis 8 mois, ici le fleuriste qui nous sert depuis deux ans, là notre masseuse qui s’occupe de nous depuis trois ans, mais encore le médecin, ou les personnes qu’on croisait régulièrement sans forcément les connaître, etc.

 

 

 

 

 



15/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 769 autres membres